Republier

Présidentielle en RDC: les Etats-Unis ont évacué leur personnel non-essentiel

Marches anti-Kabila réprimées, à Kinshasa, en RDC, ce dimanche 21 janvier 2018.
© JOHN WESSELS / AFP

A moins d’une semaine des élections en République démocratique du Congo (RDC), les Etats-Unis ont annoncé, dimanche 16 décembre, avoir évacué leur personnel non-essentiel. Ils exhortent aussi leurs ressortissants à quitter le pays. « Une mesure de prudence », dit l'un des porte-paroles du département d'Etat, Brian Neubert.

Les élections présidentielles, législatives et provinciales sont prévues le dimanche 23 décembre. La désignation du successeur du président Joseph Kabila est l’enjeu de ce scrutin en RDC où sévit un climat de violence.

Pour des raisons de « sécurité », les Etats-Unis ont pris la décision d’évacuer leur personnel non essentiel.

« Nous étudions régulièrement la situation, dans chaque pays, y compris bien sûr, le Congo-Kinshasa. C’est à cause de la situation en matière de sécurité que nous avons pris la décision d’exhorter notre personnel non essentiel et leurs familles de quitter le pays », a déclaré, à RFI, Brian Neubert, un des porte-parole du département d’Etat américain.

Les Etats-Unis appellent également ses ressortissants « à considérer la possibilité de prendre un avion commercial pour quitter le pays ».

Une mesure de prudence

Les Etats-Unis ont fermé leur ambassade à Kinshasa, fin novembre, pendant quelques jours, avant que celle-ci ne rouvre ses portes le mardi 4 décembre. Les autorités américaines avaient alors fait état de menaces terroristes sur les services diplomatiques des Etat-Unis dans la capitale de RDC. A la question de savoir si les mesures prises aujourd’hui l’étaient aussi pour ces raisons, Brian Neubert répond que « ce n’est pas forcément lié ». Il insiste sur la situation sécuritaire et estime que c’est une question de « prudence ».

« Nous allons continuer à suivre de près cette situation complexe. Les Etats-Unis veulent que les électeurs congolais puissent voter dans une élection transparente et juste et, bien sûr, non violente. C’est tellement important pour la République démocratique du Congo », a-t-il conclu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.