Nigeria: «Integrity Idol», une émission de télévision anti-corruption

Véhicules de police devant l'Assemblée nationale à Abuja le 7 août 2018.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

La deuxième saison d'«Integrity Idol» vient de s'achever au Nigeria. Ce programme de télévision désigne le ou la fonctionnaire le plus honnête. Le vainqueur de l'édition 2018 s'appelle Abdul Majid Oniyanyi et siège à la cour fédérale d’Abuja, la capitale.

de notre correspondant à Lagos,

Au Nigeria, Abdul Majid Oniyanyi, juge à la cour fédérale d'Abuja, est réputé dans le monde judiciaire pour sa rigueur et sa transparence. Il affiche une éthique constante, sans faille, dans sa manière d'aborder sa fonction de juge. Abdul Majid Oniyanyi est aussi calme et sa voix est très posée comme on peut le voir sur sa vidéo de candidature en ligne pour Integrity Idol, ce concours télévisé qui récompense le ou la meilleure fonctionnaire du Nigeria en terme d'intégrité.

Le juge faisait partie des 280 participants de départ de l’émission. Il a été désigné par des collègues avant d'être retenu parmi les cinq finalistes parmi lesquels on comptait des juges, des journalistes d’investigation et un représentant du service civil national.

L'histoire de chacun a ensuite été diffusée à la télévision et à la radio nationale ou sur les réseaux sociaux et soumise au vote du public. Abdul Majid Oniyanyi  a remporté la majorité des suffrages sur les 11 000 votes. Il succède ainsi à Nuzo Eziechi, la première lauréate de ce concours.

On compte cependant très peu de réactions sur les principaux réseaux sociaux sur la distinction obtenue par le juge Abdul Majid Onyanyi et aucun résultat en tapant son nom sur les moteurs de recherche de Facebook, Instagram ou encore Twitter. Il semble lui-même être absent de la Toile.

Pas d'effervescence folle non plus sur les différents comptes ouvert par Integrity Idol Nigeria. Cette émission de télévision n'existe en effet que depuis deux ans. Cela peut expliquer la relative confidentialité de ce prix récompensant l'agent de l'Etat le plus intègre.

Le poids de la corruption

La corruption est de fait un sujet omniprésent au Nigeria. Chaque semaine, et même presque chaque jour, un nouveau scandale apparaît à la Une des journaux, des sites web d'information ou encore des émissions matinales des radios privées.

Le Nigeria occupe la 148e place sur 180 au classement de Transparency International. Cette organisation compte d'ailleurs parmi ses membres fondateurs Obiageli Ezekwesili, ancienne ministre de l'Education sous la présidence d'Olusegun Obasanjo et candidate à la prochaine présidentielle de 2019.

Le Nigeria est une terre de contraste. La première économie africaine produit près de 2 millions de barils de pétrole par jour. Dans le même temps, 87 millions de personnes sur 190 millions d'habitants y vivent dans l'extrême pauvreté, soit avec moins de 1,9 dollar par jour, selon le rapport d'octobre de la Banque mondiale.

Le président Muhammadu Buhari a fait de la lutte contre la corruption l'une des priorités de son mandat. L'Agence de lutte contre les crimes économiques a procédé ces dernières années à des saisies de biens et de fonds en centaines de millions d'euros, et à des arrestations.

Il n' y a pas eu jusqu'à présent de procès majeurs avec condamnation à la clef au Nigeria. Pourtant, selon un rapport du Bureau national des statistiques et l'Agence des Nations unies contre la drogue et le le crime publié en 2017, la corruption pèserait chaque année 4 milliards d'euros dans le pays.

Election du plus honnête fonctionnaire du Nigeria

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.