Elections en RDC: la Céni reporte officiellement le scrutin au 30 décembre

Le président de la Céni, Corneille Nangaa, lors de la conférene de presse annonçant le report des élections le 20 décembre 2018.
© ISSOUF SANOGO, Luis TATO / AFP

Les élections présidentielle, législatives et provinciales en République démocratique du Congo sont reportées de sept jours au dimanche 30 décembre, a annoncé ce jeudi 20 décembre le président de la Commission électorale nationale indépendante Corneille Nangaa. La Céni invoque des problèmes logistiques, sanitaires et sécuritaires.

La nouvelle date de ces élections présidentielle, législatives et provinciale en RDC est donc fixée au dimanche 30 décembre. Pour justifier ce report, la Commission électorale se dit « techniquement dans l'incapacité d'organiser » ces élections le 23 décembre.

La Céni invoque d’abord des raisons logistiques. Selon elle, la capitale Kinshasa manquerait de bulletins de vote après l'incendie d'un entrepôt la semaine dernière où des machines à voter serait également partie en fumée. La Commission électorale attendrait donc 5 millions de bulletins de vote en provenance de Corée du Sud à Kinshasa samedi, soit la veille du scrutin initialement prévu, par avion. Trop tard, selon la Céni, pour les répartir dans les différents bureaux de vote de la capitale.

Des questions logistiques, sanitaires et sécuritaires

Selon Corneille Nangaa, répartir ces bulletins de vote et configurer tout ce nouveau matériel prendrait au moins jusqu'au 26 décembre, impossible donc d'être prêt à temps pour l'élection du 23. Deux options se présentaient à la Céni a–t-il expliqué : organiser l’élection en deux temps cette semaine dans l’intérieur du pays et la semaine prochaine dans la capitale, soit tout repousser d’une semaine. C’est cette hypothèse qui a donc été retenue.

Nous annonçons donc que le scrutin direct présidentiel, législatif, national et provincial auront lieu le 30 décembre 2018.

Corneille Nangaa, le président de la Céni
20-12-2018 - Par Anne Cantener

Autre problème invoqué avant l'annonce officelle de la Céni, lors d'une réunion informelle avec les candidats, l'épidémie d'Ebola qui sévit dans le nord-est du pays, dans le nord-Kivu et l'Ituri. 500 cas ont été déclarés et l'institution dit craindre une propagation de l’épidémie pendant les opérations de vote et veut plus de temps pour mieux préparer la population.

Enfin, il y a les problèmes sécuritaires. Des affrontements entre deux ethnies dans l'ouest du Pays, dans la province de Mai Ndombe ont fait des dizaines de morts et près de 4 000 personnes ont fui vers le Congo-Brazzaville voisin. Le matériel électoral a brûlé et le personnel de la Ceni sur place a fui, ce report devrait donc servir à rétablir l'ordre pour pouvoir organiser les élections.

Un report inadmissible pour l'opposition

Mais pour l'opposition ce report d'une semaine est inadmissible. Pourquoi l'annoncer si tard, alors que l'épidémie Ebola et les problèmes logistiques sont connus depuis des mois. Dans la capitale, fief de l'opposition, des premiers heurts et manifestations étaient déjà signalés ce jeudi après-midi.

Ce report était pressenti. Mercredi, les autorités avaient déjà annoncé la suspension de la campagne électorale dans la province de Kinshasa pour « des impératifs sécuritaires ». Une annonce survenue juste avant un meeting de Martin Fayulu.

On en a marre, le peuple congolais a trop souffert ! Nous ne voulons plus permettre à Corneille Nangaa et ses acolytes de reporter de n'importe quelle manière les élections.

Des étudiants de Kinshasa réagissent à l'annonce du report des élections
20-12-2018 - Par Patient Ligodi

Nombreux sont ceux qui s'interrogent, car les problèmes logistiques sont connus depuis des mois et de nombreux experts s'étaient inquiétés de l'impossibilité d'ouvrir les bureaux de vote à temps au vu des retards d'acheminement du matériel. L'épidémie d'Ebola elle aussi n'est pas nouvelle, ce report de dernière minute soulève donc beaucoup de questions.

De très nombreux problèmes à régler

Pas sûr cependant que ce délai d'une semaine soit suffisant pour régler tous ces problèmes. Par exemple, les procès-verbaux et les fiches de résultats n'ont commencé à arriver que dimanche dernier. Le dernier vol en provenance d'Afrique du Sud est prévu pour ce jeudi, c'est donc 166 tonnes de matériel que la Céni se retrouve à déployer à la dernière minute dans les 75 000 bureaux de vote que compte le pays.

Les machines à voter elles sont arrivées avec presque deux mois de retard par rapport aux premières prévisions de la Céni et elles ne sont toujours pas dans les bureaux de vote. Les problèmes sont nombreux et en refusant toute aide internationale, la Céni s'est privée de dizaines d'aéronefs, avions et hélicoptères dont elle avait toujours eu besoin pour organiser les élections. Elle achemine désormais l'essentiel du matériel par la route ce qui prend beaucoup plus de temps.

Reports des élections en RDC: réécoutez notre édition spéciale
20-12-2018 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.