Republier
RDC

RDC: les craintes d'un possible report du scrutin se font de plus en plus sentir

RDC: le matériel électoral est acheminé par la Ceni, la Commission électorale indépendante, à Goma, Nord Kivu, le 19 décembre 2018.
© PATRICK MEINHARDT / AFP

A l’approche du 23 décembre, membres de la commission électorale congolaise, acteurs politiques et diplomates redoutent un report des élections. En tout cas, des retards dans le déploiement du matériel électoral semblent compromettre l'ouverture de certains bureaux de vote dimanche.

Au sein de la commission électorale mercredi soir, il n'y avait plus que de rares optimistes : ceux encore persuadés de pouvoir tenir les scrutins le 23 décembre. « C'est serré et très exigeant », confie un membre du bureau. Dans un contexte différent, regrette-t-il, la Céni aurait pu demander une rallonge d'une semaine. Mais après deux ans de report, si les élections sont à nouveau repoussées, cela pourrait entraîner des troubles, préviennent des activistes.

D'autres membres de la commission électorale assurent que le principe d'un report est bel et bien entériné, que sans ça, il faut que des dizaines, voire même des centaines de bureaux de vote soient supprimés. Avec le chaos que cela peut représenter à trois jours des scrutins, justifie encore l'un d'eux.

A la une : la semaine de toutes les incertitudes en RDC

Depuis lundi, au sein de la classe politique comme de la communauté diplomatique, beaucoup redoutaient l'annonce d'un potentiel report, d'une semaine ou de dix jours. Certains candidats disent avoir arrêté de faire campagne. « C'est jeter des milliers de dollars par les fenêtres », s'agace l'un d'eux. « Comment pourraient-ils annoncer un report quand ils ont refusé l'assistance internationale », s'emporte un autre.

Au sein de la communauté diplomatique mercredi, les ambassadeurs ne savaient plus que croire : « C'est le mystère du fonctionnement de la Céni. Ils peuvent vous dire quelque chose à 10h qui n'est plus vrai à 14h », commente un peu excédé une source diplomatique. « On y verra plus clair ce jeudi », promettait un autre diplomate. Le président de la Céni a convoqué une conférence de presse, ce jeudi après-midi à Kinshasa.

La Synergie des missions d'observation citoyenne des élections (Symocel), l'une des principales missions d'observation électorale de la société civile, appelle la Céni à « fixer rapidement l'opinion » et dit redouter que cela détourne les Congolais du processus électoral. La Symocel fait également un rappel à la loi pour ce qui concerne la suspension de la campagne électorale à Kinshasa par le gouverneur de la province. Elle dit ne pas comprendre cette mesure.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.