Scandinaves tuées au Maroc: les suspects avaient prêté allégeance au groupe EI

Le village d'Imlil, dans les montagnes d'Atlas est bien connu des randonneurs, c'est là que les corps de Maren Ueland et Louisa Vesterager Jespersen ont été trouvées, le 20 décembre 2018.
© NTB Scanpix/Terje Bendiksby via REUTERS

La piste jihadiste se précise dans le meurtre des deux randonneuses scandinaves assassinées dans la nuit de dimanche 16 à lundi 17 décembre, dans le sud du Maroc. Selon une vidéo, les quatre suspects interpellés avaient prêté allégeance à l'organisation Etat islamique.

La vidéo postée sur les réseaux sociaux, jeudi, montre quatre hommes devant un drapeau noir en train de prêter allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l'organisation Etat islamique. Le procureur de Rabat a confirmé l'authenticité de ces images dans la soirée, indiquant que ce sont bien les mêmes hommes qui ont été arrêtés au début de la semaine. Selon le communiqué, la vidéo a été « enregistrée la semaine dernière, avant l'exécution des actes criminels ».

Les quatre hommes soupçonnés d'avoir tué deux touristes scandinaves, Louisa, danoise de 24 ans, et son amie Maren, Norvégienne de 28 ans, sont tous originaires de Marrakech. Ils ont entre 25 et 32 ans. L'un d'entre eux avait été arrêté dès lundi, juste après la découverte des corps des deux touristes. Il était identifié comme appartenant à un groupe extrémiste lié à l'islam radical. Les trois autres ont été interpellés jeudi matin alors qu'ils s'apprêtaient à embarquer dans un bus en direction d'une autre ville.

Leurs corps ont été découverts lundi sur un site isolé où elles avaient planté leur tente pour la nuit, sur le chemin du Mont Toubkal, le plus haut sommet d'Afrique du Nord.

Dans la vidéo, ils proclament également leur soutien à leurs frères de Hajin, une petite ville du sud-est de la Syrie, où le groupe vient d'être chassé par les Kurdes.

Seconde vidéo

Le nom de cette ville est aussi prononcé dans une autre vidéo, qui circule depuis mercredi sur les réseaux sociaux. On y voit une femme à moitié dénudée, allongée entre un mur et une tente verte. Un homme éclaire la scène pendant que l'autre s'acharne au couteau sur le cou de sa victime, qui pourrait être l'une des deux Scandinaves.

Cette vidéo est très sérieusement étudiée par l'ensemble des services de police du Maroc, de Norvège et du Danemark. Aucun n'a confirmé l'authenticité de ces images. Des officiels norvégiens ont été dépêchés à Marrakech pour suivre les avancées de l'enquête.

Depuis des attaques suicide à Casablanca en 2003 et à Marrakech en 2011, qui avaient fait respectivement 33 et 17 morts, le Maroc a musclé son dispositif sécuritaire et son arsenal législatif, tout en renforçant l'encadrement du secteur religieux et la coopération internationale antiterroriste. Avec la découverte de cet attentat, les Marocains sont sous le choc.

Le but de ces terroristes, c’est de nous diviser entre nous. C’est d’assimiler le Maroc et l’islam à leurs actes et de créer cette image extrémiste du pays qui est relayée par les médias et qui aide les terroristes à diviser et conquérir.

Ecoutez les réactions au Maroc, sous le choc
21-12-2018 - Par Théa Ollivier

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.