Tchad: Macron salue la coopération militaire et promet un soutien financier

Le président français Emmanuel Macron (G) et son homologue Idriss Déby (D) lors de leur coférence de presse commune dans la capitale tchadienne, le 23 décembre.
© Ludovic MARIN / AFP

Emmanuel Macron a quitté en fin de soirée Ndjaména où il était venu samedi soir partager le traditionnel repas de Noël avec les soldats de Barkhane stationnés dans la capitale tchadienne. Pour sa sixième visite au Sahel – mais la première au Tchad– le président français, qui a été reçu à déjeuner par son homologue Idriss Déby, a très longuement insisté sur la grande qualité des relations franco-tchadiennes.

Bien que présent sur place à peine 24 heures, Emmanuel Macron a passé deux longs entretiens avec son homologue Idriss Déby, un allié de poids pour le président français. Il a salué à plusieurs reprises l’engagement des forces tchadiennes aux côtés des soldats de Barkhane dans leur lutte contre le terrorisme dans le Sahel.

Le président français a vanté l’excellence de la coopération sécuritaire entre Paris et Ndjamena, « une coopération vieille de plusieurs décennies », a-t-il rappelé. Le chef de l’Etat a également souligné que la France allait poursuivre son soutien économique au Tchad qui traverse une grave crise.

Car les financements manquent a rappelé le président Déby : « Pour rendre ces forces opérationnelles, nous avons besoin au départ de 400 millions et quelques de dollars. Nous avons eu autour de 150 millions de dollars, puisque ce que nous avions demandé à la communauté internationale, au Conseilde sécurité des Nations unies, c'est d'avoir un mandat robuste, un mandat clair et des ressources pérennes qui permettent aux forces d'être opérationnelles tout le temps et sur l'ensemble de l'espace. Ca, nous ne l'avons pas obtenu, ce n'est pas de notre faute et nous allons évidemment attendre de notre partenaire financier de faire des gestes ou bien des annonces qui ont été faites au sommet à Bruxelles. »

Boko Haram et le G5 Sahel

Conscient des nombreux défis sécuritaire auquel est soumis le Tchad, Emmanuel Macron a voulu apporter un soutien sans failles au président Déby. « Le président a mentionné l’importance de la sécurité du lac Tchad, et donc de la présence de Boko Haram. Sur ce sujet, nous sommes très inquiets. Et donc je veux redire l’engagement de la France pour accompagner, renforcer la coopération régionale sous toutes ses formes. Nous serons en particulier présents pour accélérer le soutien de l'Union européenne : 55 millions d'euros doivent être débloqués. La France fera en sorte que ce soit rapide. »

Autre moyen d’action : l’aide au développement en faveur des populations du lac Tchad. Vingt millions d’euros vont être consacrés à des projets concrets. Indispensable pour le président français si l’on veut éviter que le terrorisme ne gagne du terrain.

Le président Déby a, lui, salué le soutien de la France à la Force conjointe du G5 Sahel. « Nos forces armées nationales, des cinq pays, ne sont pas habituées à des combats du genre "terroriste". La stratégie que nous avons mise en place est, certes, une stratégie commune, mais avec l’aide de la France. Puisque la seule force qui nous soutient aujourd’hui sur le terrain et fait face au terrorisme, c’est la force française. » Idriss Déby a annoncé que les opérations de la Force conjointe du G5 Sahel vont reprendre au mois de janvier.

Elections en 2019

S’il n’a pas souhaité rencontrer l’opposition, Emmanuel Macron n’en a pas moins parlé gouvernance politique avec Idriss Déby. Il s’est d’ailleurs félicité de la prochaine tenue en mai 2019 d’élections législatives et municipales. Et s’est dit favorable, à ce sujet, à un plus grand engagement de l’Union européenne dans leur organisation.

Pour sa part, la France apportera son soutien à travers notamment des financements, car « il faut permettre l’émergence d’une forme démocratique indispensable aux bons équilibres et à la bonne gouvernance du pays », a expliqué Emmanuel Macron. « Forme démocratique », une formule que l’opposition tchadienne ne manquera sans doute pas d’apprécier.

Nous avons beaucoup discuté de sujets de gouvernance politique, car je souhaite que la France puisse accompagner les réformes indispensables, les échéances à venir. Et j’ai été très sensible à l’engagement du président Déby d’organiser pour mai prochain des élections législatives et municipales. Je souhaite que l’Union européenne soit aux côtés du Tchad pour ces échéances. La France le sera, à la fois pour aider à organiser, pour aider aux financements…

Emmanuel Macron
23-12-2018 - Par Mounia Daoudi

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.