Gaz: Mauritanie et Sénégal en passe de devenir des puissances régionales

Le Sénégal et la Mauritanie sont le troisième investissement gazier de BP en Afrique, après l'Angola et le Mozambique.
© REUTERS/Molly Riley

La signature ce 21 décembre à Nouakchott, en Mauritanie, des accords complémentaires sur l'exploitation commune du gisement gazier GTA (Grand Tortue Ahmeyim) situé dans les eaux sénégalo-mauritaniennes marque le véritable démarrage du projet et va faire de ces deux pays des puissances gazières à l'échelle régionale.

La phase d'exploitation peut désormais commencer. Dakar et Nouakchott ont finalisé ce 21 décembre les derniers documents rendant possible le démarrage des travaux. A savoir, l'autorisation d'exploitation, les textes relatifs à la fiscalité des sociétés impliquées dans le projet et les accords de financement des compagnies nationales, sénégalaise et mauritanienne, qui confient à British Petroleum (BP) l'immense champ gazier baptisé GTA, pour Grand Tortue Ahmeyim.

Ce champ hors norme est situé au large des côtes sénégalo-mauritaniennes, à plus de 2 700 mètres de profondeur. GTA recèle 450 milliards de m3 de gaz, soit l'équivalent de 15% de la richesse gazière d'un pays comme le Nigeria.

Le Sénégal et la Mauritanie qui vont s'en partager les fruits vont donc accéder au rang de puissances gazières à l'échelle de l'Afrique. La production commencera à sortir des tuyaux dès 2022. En attendant, il faudra investir jusqu'à dix milliards de dollars, dont une partie pour créer une unité de liquéfaction du gaz.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.