Au Tchad, le président français lance l’idée d’une banque des femmes africaines

Le président français Emmanuel Macron à la rencontre de 400 femmes tchadiennes au Palais des femmes de N'Djamena le 23 décembre 2018
© AFP/Ludovic Marin

Ce dimanche, c’est le dernier jour de visite pour Emmanuel Macron à Ndjamena au Tchad. Le président français doit s’entretenir avec son homologue tchadien Idriss Deby. Mais ce matin, il avait à son programme une visite à l'Association des femmes tchadiennes et il a promis des aides aux femmes africaines en 2019.

A Ndjamena, Emmanuel Macron passe sa deuxième et dernière journée de visite au Tchad. Au programme ce dimanche une séquence tchadienne après une première journée passée ce samedi avec les troupes françaises de l'opération Barkhane. Emmanuel Macron s'est rendu dans la matinée au siège de la Maison de la femme tchadienne. Et à sa sortie, le président français a fait l'éloge des femmes africaines, clef du développement selon lui et à qui il promet de venir en aide en 2019.

« Moi, j’ai été frappé en écoutant à plusieurs reprises des femmes entrepreneures. Elles m’ont dit, d’une part le microcrédit, c’est formidable, on en a besoin, mais c’est trop peu et c’est trop cher. Et de l’autre côté, les banques ne nous prennent pas parce qu’elles ne font pas confiance aux femmes. Et donc, on a eu une idée que je lance ici et on va y travailler. Je n’ai pas la solution, mais on va la construire avec les femmes entrepreneures africaines. C’est de lancer une banque pour les entrepreneures africaines. Donc nous on va mobiliser les banques françaises, il y en a, comme la Société Générale, qui sont encore très présentes dans le continent, on va mobiliser l’AFD [Agence française de développement], mais on va mobiliser aussi tous nos partenaires. Et il se trouve qu’en 2019, la France a la présidence du G7. Moi, je ne vais pas me battre pour faire des communiqués du G7, je veux que la création de cette banque,  parce qu’on ira mobiliser les autres pays du G7 pour qu’ils viennent payer à nos côtés, soit un des résultats pour vous et à vos côtés », a déclaré le président français.

Il a ensuite poursuivi sa visite par un entretien avec le numéro un tchadien Idriss Déby. Une rencontre où il doit être question de la force conjointe du G5 Sahel qui peine à trouver un financement pérenne, de la recrudescence des attaques de Boko Haram ou encore la situation sécuritaire dégradée en République centrafricaine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.