Présidentielle aux Comores: qui pour succéder à Azali Assoumani ?

Le président des Comores, Azali Assoumani, lors de la journée de vote pour le référendum constitutionnel à Moroni, le 30 juillet 2018.
© TONY KARUMBA / AFP

Le premier tour de l'élection présidentielle aux Comores aura lieu le 24 mars 2019 avec celle des gouverneurs des îles de l'archipel. Le président Azali Assoumani a d'ores et déjà annoncé qu’il serait candidat à sa propre succession. Exilés à l’étranger ou empêtrés dans des démêlés avec la justice quand ils ne sont pas carrément emprisonnés, ses rivaux éligibles, guère nombreux, devront se faire connaître entre le 8 et le 23 janvier prochain.

Qui sera le principal challenger face au président Azali Assoumani lors de l'élection présidentielle du 24 mars prochain aux Comores ? La question se pose aujourd’hui car aucun des personnages principaux de l’échiquier politique n’est en mesure de venir rivaliser avec le chef de l’Etat.

Résidence surveillée et perpétuité

L’ancien vice-président et leader de l’opposition, Mohamed Ali Soilihi, s’est vu rappeler à l’ordre par la justice il y a deux semaines à grands coups d’interdiction de quitter le territoire et de placement en résidence surveillée dans le cadre de l’affaire dite de la « citoyenneté économique ».

Un traitement judiciaire que l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi connaît bien puisqu’il l’a subi durant trois mois avant d’être placé en détention préventive depuis quatre mois dans la même affaire.

Quant à Djaffar Ahmed, l’ancien vice-président d’Azali Assoumani, il a été reconnu la semaine dernière par la Cour de sûreté, comme principal bénéficiaire d’une tentative de coup d’Etat. Actuellement à l’étranger, il a été condamné par contumace à la perpétuité assortie d’une période de sûreté de 30 ans.

Présidentielle aux Comores: les clefs d'une élection atypique

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.