Libye: les corps de 34 chrétiens éthiopiens retrouvés à Syrte

Des membres des forces libyennes loyalistes combattent les terroristes du groupe EI, à Syrte, le 28 août 2016.
© REUTERS/Ismail Zitouny

Macabre découverte en Libye. Lundi, le ministère de l’Intérieur a déclaré que les corps de 34 chrétiens éthiopiens tués par l’Etat islamique en 2015 avaient été retrouvés. Les corps ont été déterrés près de Syrte, l’ancienne place forte de l’Etat islamique en Libye, située sur la côte, à l’Est de Tripoli.  L’Etat islamique a été délogé de Syrte après une sanglante bataille en décembre 2016.

Selon le procureur, ce sont des islamistes capturés durant ces combats qui auraient indiqué l’emplacement de la fosse commune. Les autorités ont promis que les corps seraient rapatriés à Addis Abeba à la fin des procédures légales.

Trois à quatre mille combattant de l'Ei dans le pays

Selon la presse éthiopienne, les corps pourraient être ceux d’otages assassinés dans une vidéo sanglante diffusée en ligne par l’EI en avril 2015. On y voyait deux séquences. L’une avec des prisonniers habillés en orange et décapités, l’autre avec des otages en noir, abattus d’une balle dans la tête. Ces images avaient entraîné des manifestations en Ethiopie et un deuil national de trois jours.

La scène était dirigée par un chef exécuteur masqué, présenté comme le Saoudien Abou Amer Al Jazrawi, tué en mars 2016. Mais la presse éthiopienne affirme que l’auteur et metteur en scène macabre de cette vidéo serait Abu Moaz Al-Tikriti, le chef de la branche libyenne de l’Etat islamique.

D’après un rapport de l’ONU publié en juillet, cet Irakien, donné pour mort dans une frappe aérienne, serait toujours en vie. L’enquête ajoute que malgré le départ du groupe terroriste de Syrte, il aurait toujours des capacités importantes avec encore trois à quatre mille hommes éparpillés dans le pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.