Présidentielle au Sénégal: clôture des candidatures

Le Conseil Constitutionnel du Sénégal a reçu une vingtaine de dossiers de candidature pour la présidentielle, ce 26 décembre 2018.
© William de Lesseux/RFI

Au Sénégal, le dépôt des candidatures à la présidentielle se terminait ce 26 décembre à minuit. Près d’une vingtaine de dossiers ont été déposés. Le Conseil constitutionnel doit désormais les vérifier et publier la liste des candidats retenus au plus tard le 21 janvier, 35 jours avant le premier tour prévu le 24 février.

Au Sénégal, près de vingt dossiers ont été déposés au Conseil constitutionnel où ils doivent désormais être contrôlés. Avec une grande nouveauté pour la présidentielle du 24 février : les parrainages. Chaque candidat a dû déposer près de 53 000 signatures d’électeurs de tout le pays.

Dans cette course à la présidence, un seul candidat a l’air sûr de lui. Macky Sall le dit et le répète : il est certain de gagner dès le premier tour avec le soutien de nombreux partis, notamment des socialistes d’Ousmane Tanor Dieng qui n’auront pas de candidat pour la première fois depuis l’indépendance.

Les inconnues Karim Wade et Khalifa Sall

Les électeurs de gauche pourraient être attirés par Khalifa Sall, éjecté du Parti socialiste, en prison depuis mars 2017 et qui saura par un arrêt de la Cour suprême du 3 janvier si sa condamnation à cinq ans de prison est définitive. Pour ses avocats, rien ne peut empêcher la candidature de Khalifa Sall.

Karim Wade, en exil au Qatar, pourrait également voir sa candidature rejetée. Il va visiblement attendre la liste du Conseil constitutionnel pour savoir s’il rentre au pays. Le Parti démocratique sénégalais d’Abdoulaye Wade pourrait donc lui aussi se retrouver sans candidat.

La classe politique est donc en plein bouleversement, et une nouvelle génération, dont Ousmane Sonko, le président de Patriotes du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (PASTEF) est la figure montante, va sans doute émerger durant cette présidentielle.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.