Burundi: acquittement en appel pour trois militants d'une ONG

Le Burundi est en crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat controversé.
© AFP/Carl de Souza

Trois militants de l'ONG Parcem au Burundi ont été acquittés en appel le 17 décembre dernier, a annoncé le président de l'ONG, jeudi, lors d'une conférence de presse à Bujumbura.

C'est un soulagement pour Paroles et actions pour le réveil des consciences et l'évolution des mentalités (Parcem). Trois membres de cette ONG des droits de l'hommes avaient été arrêtés en juin 2017 et condamnés en mars 2018 à dix ans de prison en première instance pour atteinte à la sûreté de l'Etat.

Selon Parcem, la justice leur reprochait d'avoir voulu organiser un atelier national sur la violation des droits de l'homme uniquement sur la base de témoignages de militants de partis d'opposition, en omettant ceux qui appartiennent au parti au pouvoir.

Jeudi, après leur acquittement en appel, le président de l'ONG a exprimé sa satisfaction :

C'est un premier pas. Nous lançons un appel à la justice de continuer à vider les dossiers des gens qui sont des prisonniers d'opinion.

Faustin Ndikumana, président de Parcem
28-12-2018 - Par Edouard Dropsy

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.