Elections en RDC: de nombreux dysfonctionnements du côté de la logistique

Un employé de la Céni charge du matériel électoral à Kinshasa, le jeudi 27 décembre 2018.
© REUTERS/Baz Ratner

J-2 avant les élections en République démocratique du Congo. La Céni maintient que la présidentielle, les législatives et les provinciales se tiendront le 30 décembre. La Commission électorale a déjà reporté les législatives et les provinciales, annulé la présidentielle pour plus d'un million de personnes, à Beni, Butembo et Yumbi, et elle prévoit de supprimer plus d'un millier de bureaux de vote à Kinshasa. L'opposition dénonce une stratégie coordonnée pour empêcher ses partisans de voter. La société civile, elle, craint que plus de bureaux de vote encore restent fermés au moment où plusieurs partis rapportent des difficultés à pouvoir accréditer leurs témoins.

Tous les bureaux de vote seront-ils ouverts dimanche ?  Dans ce qui ressort des rapports de terrain, des experts électoraux, des sources diplomatiques en contact avec la Céni et même de sources internes à la centrale électorale, les estimations varient. De 60% des bureaux ouverts, avec tout le matériel, pour les observateurs les plus durs, à 75% pour les plus optimistes. La Céni dit officiellement viser le 95%, sans Beni, Butembo, Yumbi et le millier de bureaux supprimés à Kinshasa.

Elle tente de rassurer sur les différents points d’inquiétudes. Les retards dans l’acheminement des PV et fiches de résultats qui, sans empêcher l’ouverture de milliers de bureaux de vote, pourraient remettre en cause la compilation manuelle des résultats. Il s’y ajoute les retards dans la distribution des badges d’accréditation des témoins, mais aussi des observateurs, ce qui risque de nuire à la crédibilité du contentieux électoral.

60% du matériel électoral acheminé

Il y a également des retards dans la livraison des clefs USB et cartes SD. Le 23 décembre, selon un expert électoral, 60% de ce matériel sensible était arrivé dans les sites de formation. « Ce matériel n’est déployé qu’à la toute dernière minute dans les centres de vote pour des raisons de sécurité », rétorque un membre du bureau de la Céni. Des retards enfin dans le paiement des salaires des plus de 500 000 agents de la Céni. « On a toujours eu des retards là-dessus, ce n’est pas ça qui empêchera les électeurs de voter dimanche », rassure encore ce membre du bureau de la Commission électorale.

En attendant, la Céni a clôturé la réception des demandes d'accréditation des témoins  (Ndlr:  c'est le nom donné aux représentants des candidats dans les bureaux de vote) des candidats indépendants, des partis et regroupements politiques, depuis samedi 22 décembre. Mais plusieurs partis, particulièrement ceux de l'opposition, rapportent des difficultés à pouvoir accréditer leurs témoins. L'UDPS de Félix Tshisekedi a même rencontré la Commission électorale mercredi pour solliciter l'accélération du processus.

Selon la CENI, plus d'un million de témoins ont déjà été accrédités

Polémique sur obtention des accréditations
28-12-2018 - Par Patient Ligodi

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.