Kenya: le président Kenyatta répond aux questions de la presse

Lors de son interview de fin d'année, le président Uhuru Kenyatta a maintenu le cap malgré les critiques.
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

Vendredi soir, à l'occasion de la fin d’année, Uhuru Kenyatta a répondu pendant une heure en direct sur les chaînes nationales, aux questions d’un panel de journalistes. Corruption, dette, tensions politiques, réconciliation nationale... Le chef de l’Etat kényan a maintenu le cap malgré les critiques.

Jamais le Kenya n’a connu autant de procès pour corruption. Sauf qu’après des mois de scandales, personne n’a encore été condamné. Souvent accusé de laxisme, le président Kenyatta a adressé un message ferme vendredi. Il a répété que la justice devait traiter les affaires rapidement, tout en promettant de garantir son indépendance. « Notre capacité à remporter la victoire passera par des condamnations », a toutefois reconnu Uhuru Kenyatta.

Sur l’économie, les journalistes ont attaqué le chef de l’Etat sur la dette extérieure qui atteint 60 % du PIB et plombe l’économie. « C’est l’histoire de la poule et de l’œuf, s’est défendu le chef de l’Etat. Nous avons un gros déficit d’infrastructures. Donc, soit on en construit, soit on ne fait rien pour ne pas emprunter », a-t-il expliqué. « J’ai emprunté et je vais continuer à emprunter », a déclaré Uhuru Kenyatta, droit dans ses bottes.

Les Chinois sont les premiers créanciers du Kenya. Récemment, des rumeurs ont affirmé que Pékin pourrait prendre le contrôle du port de Mombasa si Nairobi n’arrivait pas à payer le chantier de son chemin de fer. « C’est faux ! Arrêtons de spéculer. Je vous donnerai une copie du contrat pour publication », a promis le président aux journalistes, ajoutant que la Chine n’avait pas le projet de coloniser l’Afrique.

Sauf que le chef de l’Etat ne dit pas que la qualité de cette dette s’est dégradée. Les délais de remboursement sont plus courts et plus chers, donnant un moyen de pression supplémentaire à la Chine.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.