Elections en RDC: appel des religieux à des élections non violentes

Un observateur inspecte la liste électorale d'un bureau de vote de Kinshasa le 29 décembre 2018.
© JOHN WESSELS / AFP

En République démocratique du Congo (RDC), à moins de 24 heures du coup d’envoi des élections générales (présidentielle, législatives et provinciales), sans doute parmi les plus attendues de l'histoire du pays, les préparatifs de ces élections se poursuivent. En prévision de ces élections de dimanche, Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa, et André Bokondua, président de l'Eglise du Christ au Congo (ECC), ont cocélébré, ce samedi matin, un culte œcuménique en la Cathédrale Notre-Dame du Congo.

D'entrée de jeu, une pensée particulière pour Beni, Butembo et Yumbi. André Bokondua, président de l'ECC, a rappelé les actes perpétrés dans ces trois entités. Des actes qu'il a qualifiés de barbares et qui ont servi de raison à la Céni pour exclure les populations de ces circonscriptions du processus électoral, du moins de la présidentielle de demain. L'évêque protestant a ensuite fustigé la haine ou encore les injustices qui semblent caractériser les rivalités politiques.

Comme le premier orateur, l'archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo, a lui aussi appelé à la paix. « Cultivons donc la culture de la tolérance face à la diversité des projets de société », a dit le numéro un de l'église catholique de Kinshasa.

Selon Monseigneur Ambongo, la divergence d'idées n'est pas une raison pour mettre le feu au pays. Fridolin Ambongo a ensuite dénoncé des compatriotes qui « donnent l'impression de vouloir tenir la république en otage ».

Le culte s'est terminé sur une note d'espoir. Les candidats Marie-Josée Ifoku et Martin Fayulu, présents dans l'église, et le représentant de Emmanuel Ramazani Shadary se sont donnés la main, signe d'engagement pour des élections paisibles.

Les préparatifs se poursuivent

Il est 11h à Notre-Dame de Fatima, dans le quartier de la Gombe. Sept policiers sont postés à l’entrée du centre de vote. Le superviseur est là. « Le matériel aussi », dit-il, mais il n’est pas visible et l’installation n’a pas commencé.

« C’est encore dans les entrepôts parce qu’on attend la personne qui a les clefs.  Quand les machines arrivent au site, on les stocke. Après les avoir stockées, nous attendons maintenant de pouvoir les dispatcher et commencer à aménager les bureaux de vote. Selon les procédures, les bureaux de vote s’aménagent 48 heures avant le scrutin ou, au plus tard, la veille », souligne-t-il.

A Nguiri Nguiri, dans un autre bureau et un autre quartier, un homme, debout sur une chaise, commence à afficher les listes d’électeurs. Le matériel est arrivé vendredi mais, ici aussi, on attend pour l’installer.

« Toutes les machines à voter sont là. J’ai neuf bureaux dans le centre, ici, avec une machine à voter de réserve. Cela fait au moins dix. Donc, tout le matériel est là et je pense que ce soir, vers 22h00 ou 23h00 nous commencerons à tout installer et à 6h00, tout sera prêt parce que nous allons passer la nuit ici », explique Nteta Makanda, superviseur du centre.

Dans cet autre bureau de la commune de Kalumu, on en est à balayer le sol. 5 000 électeurs sont attendus demain mais le responsable est confiant. « Les machines sont de l’autre côté », nous confie-t-il et lorsque nous lui demandons pourquoi on ne commence pas à les installer, il ajoute : « Non. C’est-à-dire qu’il faut d’abord nettoyer les poussières et tout ça, tout ça… Après, nous allons installer les machines », dit-il.

Il veut nous montrer les machines, peine un peu à ouvrir les boites dans lesquelles elles sont transportées mais assure qu’un technicien doit venir à 5h00, dimanche matin, pour terminer la configuration.

Lubumbashi, globalement calme

Lubumbashi, c’est aussi le fief de l’ex-gouverneur et opposant contraint à l’exil, Moïse Katumbi. Ce dernier soutient, dans cette présidentielle en RDC, Martin Fayulu dont l’un des meetings de campagne à Lubumbashi, avait subi, on s’en souvient, les assauts meurtriers des forces sécuritaires.

A la veille de ces élections, la ville est calme et toutes les activités se déroulent normalement. C’est plutôt dans les états-majors des partis politiques et des observateurs que cela court dans tous les sens.

Du côté de la majorité présidentielle, on se dit prêts et dans l’opposition, l’heure est au dispatche de macarons pour les témoins.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) dit avoir accrédité tout le monde. La plateforme politique Lamuka  soutient que seule la moitié de la demande a été satisfaite. Du côté de l’UDPS c’est la même remarque.

Journée intense également du côté de la société civile. La Commission épiscopale Justice et paix ainsi que la Conférence épiscopale nationale du Congo préparent également ses 700 observateurs pour couvrir tout le centre de vote de Lubumbashi, soit environ 400 centres.

Il faut ajouter qu’avec plus de 40 000 observateurs, c’est la plus grande mission d’observation électorale qui sera déployée dans le pays pour ces élections. Par ailleurs et toujours dans la société civile, avec ses 300 observateurs, la Synergie des Missions d’Observation Citoyenne des Elections (SIMOCEL) a également débuté le déploiement, en début de cet après-midi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.