Republier
Madagascar

[Reportage] Les Malgaches attendent beaucoup de l'année 2019

Grande effervescence ce 31 décembre après-midi dans les allées étroites du marché d'Analakely. Les Tananariviens font leurs dernières emplettes pour les festivités du soir et du lendemain.
© RFI/Sarh Tétaud

A Madagascar, cette fin d’année 2018 a été marquée par les élections présidentielles, par un coût de la vie sans cesse en augmentation. Riz, sucre, ticket de bus, essence : des prix à la hausse qui ont joué sur le moral d’une population déjà bien éprouvée. Qu’attendent les Malgaches de 2019 ? RFI s’est rendu au grand marché d’Analakely à quelques heures du passage à la nouvelle année pour recueillir l’ambiance de cette effervescence et les espérances des habitants tananariviens.

Le marché est bondé. Difficile de circuler dans les allées envahies de petits vendeurs de gadgets, friandises ou autres volailles de fête. Devant son pavillon, ce jeune vendeur de produits naturels cosmétiques est agacé : « Pour cette année, ce que j’attends, c’est la baisse des taxes. Les marchands ambulants, eux, ne paient rien et ils détruisent notre travail au marché. Donc j’aimerais que l’Etat dégage ces marchands ambulants pour que ce soit plus juste. »

Quelques étals plus loin, Rino 20 ans, remplit son sac de bonbons, à offrir aux enfants lors du grand déjeuner familial du 1er janvier. « La jeunesse, elle attend beaucoup de changements. Elle attend que le peuple malgache devienne plus riche, plus joyeux. Qu’on ne soit plus dans la pauvreté, mais qu’on soit comme dans les autres pays du monde entier. Que chacun ait une maison, qu’on mange tous à notre faim. Voilà. Moi, j’espère beaucoup que le nouveau président va apporter beaucoup de changement à notre pays et qu’on puisse enfin s’élever au niveau des autres pays du monde entier. »

Pour Madame Bakou, vendeuse de layettes au marché, les quinze premiers jours de cette nouvelle année seront déterminants pour les cinq prochaines années, affirme-t-elle. « Moi ce que j’attends c’est que le verdict que la HCC va sortir début 2019 soit tout simplement juste. Que le choix des Malgaches soit respecté tout simplement. Et on s’y pliera ! Il y a toujours une crainte parce qu’on est à Mada, on est en Afrique. Donc 2019 sera une année hyper-politique. L’économie, le social, tout le reste va en découler. »

A une centaine de mètres du marché, la Place du 13 mai. La place de toutes les contestations. Un lieu qui captera encore une fois l’attention dès mardi 2 janvier, puisque le clan du candidat Ravalomanana a d’ores et déjà prévu de réunir ses partisans pour leur exposer leurs preuves de fraudes massives.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.