Crise au Soudan: Omar el-Béchir ne convainc pas l'opposition

Le président soudanais Omar el-Béchir donne un discours pour le 63e anniversaire de l'indépendance de son pays, le 31 décembre 2018.
© ASHRAF SHAZLY / AFP

Le président soudanais Omar el-Béchir, lors d'un discours prononcé à l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance du Soudan le 1er janvier, s'est dit « confiant dans la capacité à surmonter les défis économiques ». La situation du pays l'a poussé depuis deux semaines dans la contestation ponctuée de grèves tandis que les manifestants demandent le départ du président. Le colonel au pouvoir depuis 1989 a fait des nouvelles promesses aux Soudanais qui ne croient plus à la sincérité du régime.

L'opposition soudanaise a opposé une fin de non-recevoir aux propositions du président Omar el-Béchir dans son discours du 31 janvier à l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance. Si l'on en croit des médias locaux, 22 partis de cette opposition réclament aujourd'hui la dissolution du gouvernement ainsi que du Parlement.

Omar el-Béchir s'était montré conciliant hier et confiant sur une sortie de crise. Le ton de son discours était tempéré. Il avait promis des élections libres en 2020. Il a appelé tous les partis politiques à faire « des propositions et à venir avec des mesures pour aider à résoudre les problèmes économiques ».

Comité de vérité

Le colonel el-Béchir a décidé de former un comité de vérité avec le ministre de la Justice à sa tête pour établir les faits sur les évènements qui secouent le Soudan depuis le 19 décembre. Mais l'opposition ne cesse de réclamer l'indépendance de la justice au Soudan.

Les autorités soudanaises avaient reconnu la mort de 19 civils durant les manifestations alors que l'ONG Amnesty International en avait recensé 37. Lors de la grande manifestation hier à Khartoum, on a compté une dizaine de blessés. Un jeune homme a succombé par la suite à ses blessures.

Autre signe de sa volonté de réconciliation : le régime soudanais a fait un nouveau geste en libérant la majorité des personnes arrêtées durant les manifestations. Zeinab Sadeq al-Mahdi, le fils du célèbre opposant, ainsi que son fils, ont été libérés après leur arrestation en marge de la manifestation à Khartoum.

Soudan: les manifestations prennent une tournure politique

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.