Mauritanie: libéré, Biram Dah Abeid prêt à continuer la lutte contre l'esclavage

Biram Dah Abeid, leader du mouvement anti-esclavagiste IRA, lors d'une conférence de presse à Dakar, le 29 septembre 2016
© AFP Photos/Seyllou

Biram Dah Abeid, député mauritanien et leader du mouvement anti-esclavagiste IRA, a réaffirmé le 1er janvier sa détermination à poursuivre son combat contre le racisme et l’esclavage suite à sa libération le 31 décembre.

La libération du député et président du mouvement abolitionniste IRA, a été fêtée par ses partisans. Des centaines d'entre eux ont défilé de la prison centrale de Nouakchott jusqu’à son domicile dans la banlieue sud de la capitale mauritanienne.

Mais Biram Dah Abeid est encore marqué par son arrestation le 7 août dernier, la veille du lancement d’une campagne électorale à laquelle il devait participer pour les législatives de septembre 2018.

« J’ai été trainé pour la énième fois dans les geôles insalubres des prisons injustement, seulement pour m’empêcher de participer aux élections, a déclaré le député Biram Dah Abeid. Voilà c’est ce grand défi de l’instrumentalisation du juge qui se plante ici contre la volonté du peuple mauritanien et de l’élite mauritanienne d’arriver à bâtir une véritable démocratie. »

Libéré après 5 mois de détention préventive

Le leader harratin était jugé lundi dernier par un tribunal correctionnel qui l'a condamné à 6 mois de prison pour tentative d’atteinte à l’intégrité d’autrui, suite une plainte d’un journaliste qui l’accusait de l’avoir menacé. Ce dernier a finalement retiré sa plainte.

Le député est sorti libre, car il a déjà largement purgé sa peine après 5 mois de détention préventive. Le parlementaire a d’ailleurs été élu alors qu’il était en prison. Pour lui, le combat continue : « quoiqu’il en soit, je suis déterminé à poursuivre la bataille par la voie pacifique. C’est pourquoi je maintiens toujours ma candidature à l'élection présidentielle 2019 ».

Alors que Biram Dah Abeid sortait de la prison, le porte-parole du gouvernement animait une conférence-débat avec la presse. Sidi Mohamed Ould Maham a saisi l’occasion pour mettre en garde ceux qui instrumentalisent les séquelles de l’esclavage pour porter atteinte à l’unité nationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.