Republier
Sénégal

Présidentielle au Sénégal: course contre la montre pour valider les parrainages

Abdou Salam Basse, mandataire de la candidature de Pape Diop, vérifie la validité des nouvelles fiches de parrainages qui vont être envoyées au Conseil constitutionnel afin de remplacer les fiches qui présentent des erreurs ou des doublons.
© RFI/William de Lesseux

Au Sénégal, le Conseil constitutionnel va dévoiler ce 2 janvier le nombre de parrainages validés pour chaque candidat à la présidentielle. Ces chiffres sont déjà connus des candidats depuis le 30 décembre. Les signatures d’électeurs permettent de participer au scrutin du 24 février. Chaque candidat doit en recueillir au minimum 53 000 dans tout le pays. Mais les doublons et les irrégularités entre les fichiers présentés au Conseil mettent plusieurs candidats en difficulté. Ce 2 janvier, il leur reste 48 heures pour corriger ces erreurs.

Abdou Salam Basse coordonne les parrainages du candidat Pape Diop de Bokk Gis Gis (BKK). Des fiches papiers s’entassent sur son bureau. L’homme vérifie avec un ordinateur la validité de chaque parrain. « On sera obligé de voir si le parrain est effectivement électeur », explique-t-il.

Le logiciel du Conseil constitutionnel a rejeté plus de 10 000 de ses parrainages. Il va falloir présenter de nouveaux parrains, condition sine qua non pour que son candidat Pape Diop, très remonté contre cette procédure, participe au scrutin.

« Je ne crois pas qu’on puisse nous donner autant de doublons et autant d’invalidés, estime ce dernier. On a pris le temps, nous, de vérifier électeur par électeur, sur le fichier électoral. Et nous avions les pièces. Nous pouvons contester sérieusement les motifs qu’on nous reproche ».

Une majorité de parrainages rejetés

Certains candidats sont en bien plus mauvaise posture. Comme Boubacar Camara, leader de la coalition Fippu Jengu avec près de 40 000 parrainages rejetés sur 60 000 présentés.

« Nous avons besoin de prouver simplement qu’ils sont sur les listes électorales, et c’est déjà prouvé parce qu’ils sont sur la carte d’électeur qu’on a recopiée, déclare-t-il. Donc on demandera simplement qu’ils les rétablissent. Et s’ils rétablissent les 25 000, plus les 23 000 validés, puis les 10 000, on a nos parrainages. Nous avons toutes les preuves qu’ils n’ont pas le droit de sortir ».

Le Conseil constitutionnel publiera la liste définitive des candidats pouvant participer à l’élection présidentielle au plus tard le 21 janvier.

Présidentielle au Sénégal: le Conseil constitutionnel examine les parrainages

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.