Republier
Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: polémique après la mise sous tutelle préfectorale du Plateau

Vue du Plateau, le quartier d'affaires d'Abidjan, dans la baie de Cocody.
© RyansWorld / Wikimedia commons

Le ministère ivoirien de l'Intérieur a annoncé la mise sous tutelle préfectorale temporaire de cinq communes dont les conseils municipaux n’ont pu être installés au 31 décembre 2018, date d'expiration du mandat des précédents. Quatre localités, Grand-Bassam, Port-Bouët, Rubino et Booko attendent en effet que la Cour suprême statue sur les recours déposés par les différents candidats aux élections municipales partielles du 16 décembre dernier. Le cas est un peu différent pour la commune du Plateau, elle aussi mise sous tutelle. Et cette décision fait polémique. Le PDCI, qui a remporté le quartier d’affaires d’Abidjan, est vent debout.

Une décision « illégale et illégitime », c’est ainsi que le PDCI qualifie la mise sous tutelle préfectorale de la commune du Plateau à Abidjan. Ce mercredi 2 janvier, aux abords de la mairie du quartier d’affaires, la police a brièvement fait usage de gaz lacrymogène pour disperser quelques dizaines de partisans du maire élu, venus protester contre l’installation de la délégation présidée par le préfet d’Abidjan.

Le riche quartier du Plateau avait fait l’objet d’une bataille acharnée lors des municipales du 13 octobre entre le candidat du RHDP Patrice Sawegnon et celui du PDCI, Jacques Ehouo. Ce dernier l’avait finalement emporté avec 60,5% des voix.

Le problème est que la cérémonie d’investiture du nouveau maire prévue le 13 décembre n’a jamais eu lieu. En cause, un incendie qui s’est déclaré la nuit précédente dans un bâtiment hébergeant les archives de la municipalité.

Cette mise sous tutelle « est illégale dans la mesure où il y a déjà un conseil municipal élu qui attend juste d’être installé », martèle maître Messan Tompieu, l’un des avocats du PDCI. « Il ne s’agit que de suivre la loi et d’assurer la continuité du service public », rétorque-t-on du côté du ministère de l’Intérieur.

Et le quartier du Plateau n’a pas fini de faire parler de lui. Selon ses avocats, Jacques Ehouo est en effet convoqué ce jeudi à la police économique et financière après le dépôt d’une plainte contre X pour détournement de fonds.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.