Soudan: l’opposition réclame toujours le départ du président Béchir

Le président soudanais Omar el-Béchir, le 9 avril 2015 (image d'illustration).
© REUTERS

Alors que le Soudan se prépare à une nouvelle vague de contestation, le président Omar el-Béchir a affirmé dans une allocution, ce jeudi 3 janvier, que son pays était l'objet d'un complot, d'une guerre qui le vise et de sanctions économiques qui durent depuis plus de vingt ans. Il a, de fait, ignoré les demandes de l'opposition. Une opposition qui réclame son départ et l'instauration d'un gouvernement transitoire qui organisera des élections.

Ce n'est pas la première fois que le président Omar el-Béchir ignore les demandes du peuple soudanais. Tous les dictateurs pensent la même chose, que les révoltes sont initiées par l'étranger, par des services de renseignements. Ils veulent toujours convaincre leur camp que la révolution est le fait d'un complot étranger, mais au fond d'eux-mêmes, ils savent très bien que la révolution va acter leur fin inévitable.

Diaeddine al-Mirghani, dirigeant du parti Baath soudanais, parti d'opposition qui réclame également le départ du régime
04-01-2019 - Par Houda Ibrahim

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.