Madagascar: une journaliste de RFI prise à partie lors d’un rassemblement

Rassemblement du camp de Ravalomanana, le 2 janvier 2019 à Antananarivo.
© Mamyrael / AFP

A Madagascar, les manifestations se poursuivent dans le centre de la capitale, Antananarivo. Malgré un rassemblement interdit vendredi 4 janvier place du 13-Mai, les partisans de l’ex-chef d’Etat et candidat à la présidentielle de décembre Marc Ravalomanana ont appelé à se retrouver ce samedi. Ils demandent que la Haute Cour constitutionnelle disqualifie le rival de Ravalomanana, Andry Rajoelina, donné gagnant. La proclamation des résultats définitifs doit avoir lieu la semaine prochaine. Et selon les chiffres de la Commission électorale, Rajoelina remporte le suffrage avec plus de 55%. Jeudi, lors d’un rassemblement du camp de Ravalomanana, un de ses bras droits s’en est pris à une journaliste de RFI, diffusant son visage sur un écran géant, et l’accusant à tort d’avoir menti. Pour Lova Rabary de l’Association des correspondants de la presse internationale, ces méthodes des partis politiques sont inacceptables et dangereuses.

Il faudrait qu'ils réfléchissent à ce qu'ils disent, à ce qu'ils publient, parce qu'ils ne maîtrisent pas les réactions de leurs partisans...

Lova Rabary
05-01-2019 - Par Alexandra Brangeon

La Société des journalistes de RFI dénonce une intimidation inadmissible et irresponsable. RFI renouvelle son plein soutien à sa correspondante.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.