Elections en RDC: les résultats provisoires reportés à la semaine prochaine

Un membre de la Céni transporte du matériel électoral après les élections générales en RDC, le 1 janvier 2019.
© REUTERS/Baz Ratner

En République démocratique du Congo (RDC), il n’y aura pas de proclamation des résultats provisoires de la présidentielle avant « la semaine prochaine ». C'est ce que dit Corneille Nangaa, le président de la commission électorale, aux agences de presse internationales. La Céni promet de faire le point dimanche 6 janvier sur les travaux de compilation des résultats à l'issue d'une réunion de son assemblée plénière. Le président de la Céni avait dit, jeudi dernier, connaître des difficultés dans l'acheminement des plis des bulletins et des PV de résultats. Samedi après-midi, ces travaux de compilation n'avaient toujours pas atteint les 50%, selon des sources internes à la commission électorale.

« Cela avance très vite mais il faut être patient », explique un membre du bureau de la Céni. Les résultats provisoires devaient être publiés dimanche 6 janvier, date officielle donnée par la commission électorale à l'issue du report des scrutins, mais plusieurs sources internes confirment qu'on est encore loin du but.

En effet, la compilation n'avait pas encore atteint les 50 % ce samedi après-midi, en raison de difficultés logistiques dans la remontée des plis de bulletins et de procès-verbaux de résultats.

Dans le centre local de compilation des résultats de Kolwezi, capitale de la province du Lualaba, c'est faute d'éclairage qu'on a renoncé samedi soir à finir la compilation des résultats. Il ne restait que 52 plis sur les 505 bureaux de vote que couvre ce CLCR. Dans un autre centre en zone rural, à Kasongo, dans la province du Maniema, le responsable de la Céni parlait de plus de 65% de plis compilés. « Dans les villes, c'est rapide, mais dans les territoires, les plis ont tardé à arriver faute de moyens », explique un responsable de la commission électorale, faisant état de plis qui ne seraient arrivés que vendredi dans certains CLCR. Les observateurs et témoins des partis notent, outre des restrictions d'accès dans certains CLCR, que des plis arrivent parfois mouillés ou même n'arrivent pas, perdus, d'autres sont retrouvés tardivement. La commission électorale dit mener des enquêtes sur quelques cas rapportés et promet le cas échéant des sanctions.

Néanmoins, toutes les provinces enregistrent des retards, y compris à Kinshasa, et c'est ce qui étonne les observateurs nationaux. Car dans la capitale, il n'y ni problèmes de routes, ni manque de personnel ou de moyens.

« Une réunion plénière de la Céni est prévue ce dimanche », dit l'un de ses membres. A l'issue de cette réunion, la commission électorale devrait rendre public l'état des lieux de la compilation. Et, le cas échéant, fixer une nouvelle date pour la proclamation des résultats.

André-Alain Atundu, porte-parole de la majorité présidentielle et chargé de la communication du Front commun pour le Congo du candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary, prend acte de ce report et salue le président de la Céni pour sa transparence.

Il faut au passage apprécier quand même son courage d'une telle transparence parce qu'effectivement la pression est grande de la part de l'opinion qui voudrait connaître les résultats. Et donc plutôt que de bâcler, il a préféré nous donner des résultats crédibles.

Alain-André Atundu, porte-parole de la majorité présidentielle et chargé de la communication du FCC
05-01-2019 - Par Laura Martel

Cette compilation des résultats se passe dans un climat de tensions entre les agents de la Céni, les témoins des partis politiques et les observateurs nationaux, notamment ceux de la Cenco. Dans plusieurs centres locaux de compilation des résultats, des cas de fraudes et d'entraves continuent d'être dénoncés. Des cas sur lesquels la Céni dit enquêter.

Scènes de liesse samedi soir à Beni et Butembo dans l'est de la RDC

Sans attendre la publication des résultats par la Ceni, on y célèbrait déjà la « victoire » d’un certain candidat de l’opposition. Cette région du grand nord du Nord-Kivu n’a pas pu voter à la présidentielle du 30 décembre, le scrutin y étant reporté de trois mois, officiellement pour des raisons de sécurité.

Exclues de la présidentielle, les populations de Beni et de Butembo avaient alors, le 30 décembre, organisé un vote citoyen avec leurs propres moyens.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.