Republier
Sénégal

Elections au Sénégal: la session de rattrapage pour les recalés terminée

Des Sénégalais devant un bureau de vote de Dakar, pour le second tour de la présidentielle, le 25 mars 2012 (photo d'illustration).
© REUTERS/Finbarr O'Reilly

Au Sénégal, la session de rattrapage au Conseil constitutionnel pour les recalés est désormais terminée ce samedi. D’après l’opposition, 22 candidats à la présidentielle sur 27 n’avaient pas assez de parrainages pour pouvoir se présenter. Une opposition qui a appelé au boycott de la procédure des corrections de parrainages. Mais dans les faits, les candidats ont tout de même fait la démarche.

Ce mercredi toute l’opposition s’est affichée unie sur la même longueur d’onde. Ils ont formé le « C25 », pour 25 candidats opposés à la procédure des parrainages. Tous solidaires avec les recalés du Conseil constitutionnel. Personne ne corrigera ses parrainages, ont affirmé plusieurs candidats.

Oui, mais voilà, plus tard dans la soirée, l’initiative a été jugée dangereuse. Trop risquée, car pouvant potentiellement mettre hors-jeu de nombreux opposants. Cela revenait à se tirer une balle dans le pied : il a été décidé que ceux qui pouvaient présenter de nouveaux parrainages, de nouvelles signatures d’électeurs devaient le faire conformément à ce que demande le Conseil constitutionnel.

Malick Gakou, ou encore Madické Niang ont par exemple fait leurs corrections jusqu’à vendredi. Les autres, les recalés avec trop de doublons ou d’invalidations dans leur fichier, n’iront pas au conseil. Il s’agit donc de protester contre le système des parrainages, tout en acceptant de s’y soumettre.

Le Conseil constitutionnel va maintenant examiner les corrections des candidats déclarés. Et rendra publique la liste définitive des candidats retenus au plus tard le 21 janvier.

De tous les candidats qui ont déposé, apparemment, personne sauf le candidat sortant n'avait les moyens de vérifier ce qui se faisait à l'intérieur du Conseil...

Pierre Goudiaby Atepa a décidé de saisir la Cour suprême du pays et la commission électorale
05-01-2019 - Par William de Lesseux

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.