La nouvelle Miss Algérie enflamme les réseaux sociaux

C'est la première fois qu'une jeune femme d'une région du sud de l'Algérie est élue.
© CC-BY License

La jeune femme, élue vendredi 4 janvier 2019 face à treize autres finalistes lors d’un grand gala dans la capitale, est Miss Adrar, une région du sud de l’Algérie. Et son élection est loin de faire l’unanimité.

Sa photo tournait sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de son élection. Khadidja Benhamou, grande jeune femme aux longs cheveux noirs bouclés et à la peau mate, a été beaucoup critiquée sur son physique.

Plusieurs articles de presse ont également dénoncé des critiques racistes à son égard. Et c’est là que les réseaux sociaux se sont enflammés. Marques de solidarité, compliments, dénonciation du racisme, mais aussi appel à promouvoir la diversité de l’Algérie et son africanité.

L’élection de Miss Algérie a repris en 2013 après dix ans d’interruption. Et c’est la première fois qu’une jeune femme d’une région du sud de l’Algérie, c’est-à-dire d’une région où les habitants ont la peau plus foncée, est élue. Khadidja Benhamou vient d’Adrar, la région de la frontière sud-ouest du pays et travaille comme hôtesse d’accueil dans un restaurant de la capitale.

Invitée à la télévision, elle a répondu aux critiques d’un simple : « Que Dieu leur montre le chemin. » Elle a aussi expliqué qu’elle espérait que cette année lui permette de s’investir dans plusieurs initiatives caritatives.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.