Republier
Soudan

Soudan: nouvelle marche à l’appel de l’Association des professionnels soudanais

Manifestation anti-gouvernementale à Kharthoum, le 6 janvier 2019.
© AFP

A Khartoum, la police soudanaise a dispersé ce dimanche 6 janvier les manifestants qui tentaient de converger vers le palais présidentiel. L'Association des Professionnels soudanais avait appelé ses partisans à se rassembler pour exiger la démission du présidentiel el-Béchir. Les forces de sécurité les ont dispersés à coup de gaz lacrymogènes, ce qui n’a pas empêché des opposants – dont le nombre est impossible à déterminer – à descendre dans les rues de Khartoum.

Si on se fie aux images qui circulent sur les réseaux sociaux, les forces de sécurité, déployées en grand nombre, ont joué au chat et à la souris toute la journée avec de petits groupes de manifestants. Les opposants ont scandé des slogans « liberté, paix et justice », « la révolution est le choix du peuple », avant d'être dispersés, parfois brutalement. La police a fait usage de gaz lacrymogènes. Des vidéos, dont l’authenticité est impossible à déterminer, laissent croire que les forces de sécurité ont également utilisé des balles réelles.

Selon des partisans de l’opposition, trois personnes auraient été blessées.

Avant même le début des rassemblements, avant 13h donc, la police a interpellé au moins cinq professeurs de l’université de Khartoum. Des reporters ont aussi été arrêtés. Selon le Réseau des journalistes soudanais, une association professionnelle, les arrestations de journalistes sont devenues « systématiques ».

Des manifestations ont aussi eu lieu aujourd'hui à Wad Madani et à Atbara, qui passait, jusque-là, pour un bastion du parti au pouvoir.

L'Association des professionnels soudanais qui comprend des enseignants, des médecins et des ingénieurs avait appelé à cette nouvelle marche. Ce dimanche matin, les professeurs de l’université de Khartoum étaient dans la ligne de mire des forces de sécurité. Ils s’étaient réunis dans un local syndical sur le campus de l’université, mais les forces de sécurité les ont encerclés pour les empêcher de participer à la manifestation.

Le départ de la manifestation était fixé à 13h, heure locale. Selon un habitant de Khartoum, les rues de la capitale, ce dimanche matin, étaient presque désertes, comme c’est le cas depuis plusieurs jours. Peu de voitures mais un certain nombre de véhicules blindés dans les rues, selon cet habitant.

Le problème est plus politique qu’économique : la clique au pouvoir est là depuis plus de trente ans et elle a été incapable de résoudre les problèmes des citoyens. 
Ecoutez les revendications des manifestants
06-01-2019 - Par Michel Arseneault

Parallèlement, le président Omar el-Béchir a limogé son ministre de la Santé, Mohamed Abouzaid Moustafa, a annoncé l'agence officielle Suna. On sait que les médecins ont joué un rôle important dans cette mobilisation. Selon Channel Four, télévision britannique, une vingtaine d'entre eux ont été arrêtés. Impossible néanmoins, à ce stade, de savoir si le départ du ministre est en relation avec la contestation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.