Republier
Gabon

Gabon: retour au calme à Libreville après la tentative avortée de coup d'Etat militaire

Vue du centre-ville de Libreville au Gabon (illustration).
© STEVE JORDAN / AFP

La tentative de coup d'État n'aura duré que quelques heures lundi matin au Gabon lorsque des soldats mutins ont pris le contrôle de la Radio Télévision nationale à Libreville, ce qui leur a permis de diffuser un message sur les ondes. Mais, après intervention des forces de sécurité huit de ces militaires ont été interpellés et deux autres tués. Vingt-quatre heures après la mutinerie, le Gabon se réveille et la vie reprend même si Internet n'est pas encore rétabli.

La ville s’est réveillée dans le calme ce mardi matin, rapporte notre correspondant à Libreville. Selon un habitant, proche résident de la Maison de la radio, la nuit a été paisible. La police judiciaire a multiplié les patrouilles motorisées avec ses traditionnels véhicules 4x4 à double cabine.

La circulation est normale partout, y compris sur le boulevard Triomphal le seul qui ait été bloqué hier matin par les putschistes. Idem pour les quartiers Cocotiers et de Nkembo réputés être frondeurs.

Les habitants du PK5 ont, par contre, entendu des coups de feu d’armes automatiques dans la zone de Rio et de Bellevue II. La police judiciaire pourchassait des voleurs, selon une source sécuritaire.

La télévision et la radio nationales fonctionnent bien. Le ministre de la Communication se rendre à la radio aujourd’hui, en compagnie de ses collègues du ministère de l’Intérieur et de la Défense.

On a vu beaucoup d’élèves en tenue, allant à l’école.

Il n’y a pas de coupures de courant. Internet, par contre, reste bloqué. C’est le plus gros point noir en ce moment.

à (re)lire: la revue de la presse africaine du jour est consacrée à la tentative de putsch militaire au Gabon

Coup d’Etat manqué au Gabon: décryptage et analyse dans notre édition spéciale
08-01-2019 - Par RFI

Gabon: forces de sécurité dans le quartier de la radio Télévision à Libreville après la tentative de putsch militaire, lundi 7 janvier 2019. © Steve JORDAN / AFP

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.