Soudan du Sud: la relance de la production de pétrole se poursuit

Des installations pétrolières dans la ville de Paloch, au Soudan du Sud, en 2014.
© ANDREI PUNGOVSCHI / AFP

Le Soudan du Sud continue de relancer sa production de pétrole. Une partie des puits a été endommagée, voire détruite par la guerre, et est fermée depuis 5 ans. La production de 350 000 barils à l’indépendance était passée sous les 150 000 durant la guerre. Le gouvernement a annoncé mardi 8 janvier que les puits dans l’Etat d’Unité ont été partiellement remis en service. Cette région est l’une des plus riches en or noir dans le pays, 3e réserve de pétrole d’Afrique. Une bonne nouvelle à relativiser.

Le champ pétrolier de Thar Jath, fermé fin 2013 alors qu’il produisait 45 000 barils par jour, est en train de reprendre vie. Un tiers des puits ont rouvert pour lequel le gouvernement attend 20 000 barils quotidiens, a priori une bonne nouvelle pour un pays dont l’économie exsangue dépend à 90% du pétrole. Sauf que les techniciens chargés de réparer les infrastructures ont découvert que le taux d’acidité dans les puits était très élevé.

« L’acidité fait baisser la qualité du pétrole sur le marché et il devra être vendu à bas prix, peut-être 8 à 10 dollars le baril », explique Luke Patey, chercheur à l’Institut des études énergétiques d’Oxford.

Même si le gouvernement veut relancer au plus vite la production du Thar Jath, Luke Patey estime qu’elle restera limitée : « Il faudra peut-être le mélanger avec du pétrole de meilleure qualité issu de puits plus au Nord pour ne pas trop le dévaloriser. Malheureusement, les champs du Nord déclinent rapidement ».

Une analyse qui mitige l’offensive de charme de Juba vis-à-vis des investisseurs. En effet, le pays manque de moyens et a besoin du secteur privé pour relancer sa production. Des entreprises malaisiennes, russes, nigérianes et même sud-africaines ont montré de l’intérêt. Mais pour l’instant seuls des protocoles d’accords ont été signés, sans investissements concrets. Le secteur reste donc encore très prudent.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.