Republier
Zimbabwe

Le Zimbabwe veut relancer sa propre devise

Un homme tient un billet de 50 milliards de dollars zimbabwéens en 2009.
© AFP Photo/Desmond Kwande

Le Zimbabwe veut reprendre la main sur sa monnaie. Depuis dix ans, à cause de l'inflation, il n'y a plus de devise nationale. Les échanges se font en dollars américains. Mais cela n'a pas suffi à relancer l'économie. Les nuages s'accumulent et la nouvelle administration n'arrive à pas regagner la confiance des marchés. Seule solution selon les autorités : revenir au dollar zimbabwéen.

Il y a dix ans, l'argent ne valait plus rien au Zimbabwe. Un billet de banque de 100 000 milliards de dollars zimbabwéens, bout de papier à quinze chiffres, ne payait même pas un ticket de bus.

De dévaluation en dévaluation, le gouvernement a dû trancher. La monnaie nationale a été abandonnée et le dollar américain est devenu la devise de référence. Mais dans les rues d'Harare, on trouve aussi des yuan chinois, des yen japonais, des roupies indiennes ou des rands sud-africains.

Mais malgré ces solutions de secours, la confiance n'est pas revenue. Les investisseurs ne croient toujours pas en l'économie zimbabwéenne. Ils ne veulent pas laisser leur capital au Zimbabwe.

Petit à petit, les dollars américains, qui devaient relancer la machine, se sont faits de plus en plus rares. Aujourd'hui, l'inflation et les pénuries sont de retour. Les prix du carburant et des médicaments recommencent à grimper.

Comment s'en sortir ? Les autorités font un pari risqué : revenir à la monnaie locale d'ici à la fin de l'année en espérant calmer le jeu. Et retrouver un peu de sérénité financière.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.