Gabon: un nouveau gouvernement rendu public «via» une vidéo

Entrée du palais présidentiel gabonais, à Libreville.
© AFP

Au Gabon, le nouveau gouvernement a été rendu public tard dans la nuit de samedi à ce dimanche 13 janvier. Le nouveau Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé, a publié son équipe « via » une vidéo enregistrée depuis le Maroc. Le nouveau gouvernement compte 38 membres y compris le Premier ministre contre 41 ministres dans l’équipe sortante. Les équilibres ont-ils été chamboulés ou pas ?

Le nouveau gouvernement est quasi identique au précédent. Les hommes d’Ali Bongo restent aux postes stratégiques. Etienne Massard tient la Défense, Lambert Noël Matha reste à l’Intérieur tout comme Pascal Houagni Ambourouet au Pétrole. Jean Fidèle Otandault qui a obtenu le satisfecit du FMI pour la bonne tenue des finances publiques, reste au Budget.

Nouveau venu aux Affaires étrangères

Les Affaires étrangères sont confiées à un nouveau. Il s’agit d’Abdu Razzaq Guy Kambongo, actuel ambassadeur du Gabon au Maroc. La principale entrée à signaler est celle de Franck Nguéma, patron de TV+, la télévision privée la plus critique contre le pouvoir. Il est nommé ministre délégué auprès du ministre des Forêts et de l’Environnement chargé du Plan climatique.

Les opposants n'ont pas été chassés

Les opposants qui avaient accepté la main tendue d’Ali Bongo lors de la formation du précédent gouvernement, en mai 2018, n’ont pas été chassés du gouvernement. Seul Patrick Eyogho Edzang a été limogé. L’on retiendra que c’est ce dernier qui avait brutalement rompu le contrat de distribution d’eau et d’électricité au Gabon par la société française Veolia.

Les dessous de la présentation

La composition du nouveau gouvernement a été planifiée et rendue publique depuis le Maroc. D’ailleurs c’est pour permettre à Ali Bongo d’agir comme un chef d’Etat durant sa convalescence que Rabat a été préféré à Londres. Une source gouvernementale précise qu’Ali Bongo a été sorti de l’hôpital militaire pour une résidence privée afin de ne pas signer ses décrets dans un hôpital.

Ali Bongo a instruit son Premier ministre de ne pas chambouler les équilibres. La principale raison est économique. Libreville, empêtré dans une crise économique, est sous surveillance du FMI.

Sur le plan politique, Ali Bongo a mis en sourdine les appétits de son parti malgré sa victoire écrasante aux dernières législatives. C’est pour cette raison que les ministres de l’opposition entrés au gouvernement en mai 2018 ont été reconduits.

En fin plusieurs sources proches de la présidence affirment qu’Ali Bongo revient aux pays dans quelques heures pour recevoir le serment de son gouvernement avant son entrée en fonction comme prévu par l’article 15 de la constitution. Retour discret ou triomphal ? Personne ne répond à la question.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.