RDC: les politiques réagissent à l’appel de la SADC pour un gouvernement d’union

Sommet de la SADC sur la situation électorale en RDC en décembre 2018 (photo d'illustration).
© Reuters/Bouka Roch

C'est un communiqué qui a surpris plus d'un observateur, à la tonalité très différente de ceux auxquels la SADC nous avait habitués. Le président de la Communauté de développement d’Afrique australe appelle à un gouvernement d’union nationale en RDC pour restaurer la confiance.

Ce qui frappe c'est le changement de tonalité entre l'avant et après résultats des législatives. Plutôt conciliantes après que Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur de la présidentielle, la SADC et la Conférence internationale des Grands Lacs semblent plus inquiètes depuis qu'il apparaît que la coalition du président Kabila garde la main sur les deux assemblées du pays. De sources diplomatiques, ce qui irrite dans la région, c'est la perspective d’une « alternance au rabais ». « A quoi bon un nouveau président aux affaires s'il n'a pas les leviers du pouvoir ? », s'interroge un diplomate de la région qui redoute que Félix Tshisekedi ne soit « réduit » à devenir un président « protocolaire ».

Du côté de la coalition du président Kabila, justement, on accueille ce communiqué avec scepticisme. « Nous sommes toujours en train de vérifier » son « authenticité », expliquait dimanche soir Kodjo Ndukuma, l'un des porte-parole du FCC. Notant que le document était signé par le conseiller aux relations publiques du président zambien plutôt que par la Namibie, actuellement à la tête de la SADC. Sur le fond, le porte-parole répond tout de même que le contentieux électoral est du ressort de la Cour constitutionnelle, une cour, précise-t-il, sur laquelle « ni les coalitions politiques ni les autorités étrangères ne devraient appliquer une quelconque injonction ». Du côté de la coalition CASH de Félix Tshisekedi, on minimise la portée de cette déclaration. Vidye Tshimanga Tshipanda, porte-parole de Félix Tshisekedi, note lui aussi que ce document est signé d'un conseiller du président zambien et, pour lui, il n'engage donc pas toute l’institution.

Lamuka remercie

Tonalité tout autre du côté de la coalition Lamuka. Sur son compte twitter Martin Fayulu, « remercie »  la SADC d'avoir demandé un « recomptage » de voix afin que soit proclamé président « celui qui a véritablement gagné ». Le candidat malheureux estime qu'il « serait dangereux de ne pas soutenir le processus démocratique en RDC ». Il ne se prononce pas clairement sur l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale. Mais Eve Bazaiba sa porte-parole durant la campagne précise : « Ce que nous voulons c'est uniquement la vérité des urnes ».

Espoir Ngalukiye, militant de la Lucha
14-01-2019 - Par Florence Morice

Autre réaction celle de la Lucha. Fred Bauma, l'un des fondateurs du mouvement citoyen, juge qu’il est « important que la SADC » demande « un recomptage des voix » afin que  « la vérité des urnes soit rétablie ». Sans cela, estime Fred Bauma « toute démarche sera illégitime et maintiendra l’instabilité actuelle ». Il estime en revanche « que les gouvernements d’union nationale n’ont jamais été une solution en RDC » et n'ont jamais « rien résolu » ni en termes de légitimité du pouvoir, ni en termes de résolution des problèmes économiques, sociaux et politiques du pays.

Les demandes qui ont été faites par la SADC sont assez contradictoires...

Analyse de Stéphanie Wolters, de l'Institut pour les études de sécurité de Pretoria en Afrique du Sud.
13-01-2019 - Par RFI

Les inquiétudes de la CIRGL

Denis Sassou-Nguesso, président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), a à son tour exprimé sa « vive préoccupation » dimanche soir à propos de la situation en RDC et exhorte les autorités à apporter plus d' « éclairage sur tous les éléments de doute pouvant jeter le discrédit sur le processus électoral ». Des prises de position inhabituelles dans la sous-région.

Changement de tonalité dans la sous-région. Plutôt conciliantes après l'annonce des résultats de la présidentielle et la promesse d'alternance à la tête du pays, la SADC et la CIRGL ne cachent plus aujourd'hui leur inquiétude face à la tournure que prend le processus électoral, et unissent leurs voix pour lancer aux autorités congolaises un appel à la formation d'un gouvernement d' « union nationale » mais aussi - et c'est inhabituel - suggérer  un « recomptage des voix » qui permettrait de « rassurer gagnants et perdants ».

Une demande inédite au sein de la SADC, souligne la chercheuse Stéphanie Wolters, qui émet cependant des doutes sur la faisabilité de ces recommandations.

Comment expliquer ce virage ? Dans son communiqué, la CIRGL s'inquiète des « contestations » qui se multiplient depuis la proclamation des résultats des législatives et sont selon elle de « nature à compromettre les efforts fournis ».

La SADC parle même d'un « danger pour la paix et la stabilité du pays ». Mais ce qui irrite surtout dans la région, c'est la perspective qui se dessine d'un président élu aux pouvoirs finalement limités face à la coalition du président Kabila. « A quoi bon un nouveau président aux affaires s'il n'a pas les leviers du pouvoir », s'interroge un diplomate de la région qui redoute que Félix Tshisekedi ne soit réduit « à devenir un président protocolaire, lui dont le père symbolise le combat pour la démocratie en RDC ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.