Côte d’Ivoire: Gbagbo pèse toujours sur la scène politique

Laurent Gbagbo en février 2013.
© REUTERS/ Michael Kooren

Incarcéré à La Haye depuis plus de sept ans, Laurent Gbagbo a été acquitté de l'ensemble des charges pesant contre lui par la CPI qui a ordonné sa mise en liberté. A moins de deux ans d’une échéance cruciale, la présidentielle de 2020, et alors que l’échiquier politique est en pleine recomposition, un retour en politique de Gbagbo pourrait de nouveau chambouler les rapports de force. D'autants que l'ex-président n’aura pas attendu d’être libéré pour revenir sur le devant de la scène politique.

Laurent Gbagbo sort de sa réserve politique en novembre dernier à l’occasion de la mort de son vieux compagnon de route, co-fondateur du FPI, Aboudramane Sangaré. Par un communiqué signé de son secrétaire général, Assoa Adou, il reprend les rênes du FPI, la branche qui lui est restée fidèle.

Certains commentateurs et observateurs de la vie politique y voient une manière de couper l’herbe sous le pied de Simone Gbagbo à qui l’on prête aussi de hautes ambitions. Sur RFI, il y a quelques jours, Assoa Adou estimait qu’il ne s’agissait là que de spéculations et qu’il n’y avait pas de divisions internes au FPI Sangaré.

Mais le FPI est déchiré depuis près de 5 ans. Pascal Affi N’guessan présidant la branche officielle. Les deux FPI sont d’ailleurs courtisés par le PDCI qui souhaite les intégrer à une plateforme d’opposition, machine électorale anti-RHDP en vue de 2020.

Laurent Gbagbo acceptera-t-il cette proposition d’Henri Konan Bedié ? Des discussions existent, reconnaît du bout des lèvres Assoa Adou. Gbagbo sera-t-il candidat en 2020 s’il peut rentrer au pays ? Pas à l’ordre du jour, répond-on au FPI, où Laurent Gbagbo est désormais présenté systématiquement comme un acteur d’une réconciliation que l’actuel régime aura échoué à enclencher.

Alors que sa branche du FPI boycotte tous les scrutins depuis 7 ans, Laurent Gbagbo a en tout cas pu avoir un aperçu il y a un mois de sa popularité intacte et de la capacité de mobilisation de sympathisants dans ses fiefs lorsque la rumeur, fausse, de sa libération a jeté dans les rues de Yopougon en quelques minutes des dizaines de milliers de personnes en liesse.


A Yopougon, la place du quartier CP1 sert, comme à son habitude, de terrain de foot pour les fans du ballon rond. Mais elle a aussi accueilli nombre de meetings du FPI, le parti de Laurent Gbagbo. Dans un petit maquis de la place, les partisans de l’ancien président attendent nerveusement la décision de la CPI, en priant pour un acquittement de leur champion...

Reportage à Abidjan auprès des partisans de l’ex-chef d’Etat.
15-01-2019 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.