Gabon: le nouveau gouvernement a prêté serment devant Ali Bongo

Cérémonie de prestation de serment du gouvernement devant le président gabonais Ali Bongo, le 15 janvier 2019.
© Gabon Presidency

Après deux mois et demi d’absence, le président gabonais Ali Bongo est rentré du Maroc, où il était en convalescence depuis plusieurs semaines. Son avion a atterri à l’aéroport de Libreville dans la nuit. Ce mardi matin c’était la cérémonie de prestation de serment des nouveaux ministres. Prestation devant le chef de l’Etat, pour qui il s’agissait donc de la première sortie publique depuis son hospitalisation.

La cérémonie a duré moins d’une heure. C’était dans la salle d’apparat du palais présidentiel au deuxième étage. Seule la presse officielle avait accès à la salle. Les autres journalistes étaient au rez-de-chaussée, dans une pièce où aucune image de la cérémonie n’était diffusée.

Le Premier ministre est passé devant le pupitre lire le serment avant de jurer. Tous les autres ministres se sont succédé juste pour jurer sans avoir lu la formule.

Après le passage des 38 ministres, la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, a déclaré recevable le serment. Puis Ali Bongo, assis sur un fauteuil roulant, a dit le dernier mot : « L’audience solennelle de prestation de serment des membres du gouvernement est levée. »

A la fin de la cérémonie, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekalé a affirmé aux journalistes que la cérémonie s’était très bien déroulée. Le président de la République Ali Bongo Ondimba est toujours convalescent, mais en pleine récupération, a-t-il affirmé.

La présence personnelle du président de la République qui a présidé lui-même cette audience de prestation de serment est un cinglant démenti de toutes les rumeurs qui ont circulé.
Julien Nkoghe Békalé, Premier ministre
15-01-2019 - Par Yves-Laurent Goma

« C’est un ouf de soulagement pour l’économie gabonaise qu’il soit parmi nous. Je demande aux opérateurs économiques d’être rassurés. Le président de la République et le Premier ministre sont aux commandes du pays », a pour sa part exulté le ministre de l’Economie Jean-Marie Ogandaga. « On a eu l’émotion de l’avoir parmi nous », a renchéri le ministre Francis Nkéa.

Ali Bongo doit vite retourner au Maroc car il suit un programme intensif de rééducation, ce qui lui permet de très vite récupérer, a affirmé un de ses proches.

Doutes

Mais la discrétion dans laquelle s’est déroulée cette prestation de serment relance le débat sur l’état de santé du président Bongo, estime Marc Ona de la société civile.

Face à tout ce cirque, on est en droit de se poser des tas de questions.
Marc Ona
16-01-2019 - Par Alexandra Brangeon

Clay Martial Obame, porte-parole de la Coalition pour la nouvelle république (CNR), le parti d’opposition de Jean Ping, va encore plus loin. Selon lui, tout indique que le chef de l’Etat n’est pas rentré à Libreville.

Toutes nos informations nous amènent à dire qu'Ali Bongo n'est pas à Libreville : il n'y a pas eu le dispositif de sécurité traditionnel où les hélicoptères survolent le trajet, où les militaires de la garde prétorienne sont postés à tous les coins de rue. Nous avons vérifié au niveau de son personnel domestique, personne ne l'a vu.
Martial Obame
16-01-2019 - Par Alexandra Brangeon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.