CPI: rejet de la demande de maintien en détention de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

L'ancien président de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, le 15 janvier 2019 à La Haye, après son acquittement par la CPI.
© Peter Dejong/Pool via REUTERS

Les juges de la CPI ont estimé, ce mercredi 16 janvier, que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devaient être libérés. L'annonce intervient au lendemain de l’acquittement par la CPI de l’ex-président ivoirien et l’ancien leader des Jeunes Patriotes. Un acquittement qui peut faire l'objet d'un appel des procureurs. Ce mercredi soir, le procureur de la CPI a déjà fait appel de la décision de libération de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et demande que cet appel soit suspensif.

L'annonce a été faite un peu avant 16 heures, heure de La Haye, par la Chambre de première instance de la Cour pénale internationale. Le juge président a toutefois demandé au greffe de garantir le retour des deux hommes au siège de la CPI en cas de procès en appel.

A la majorité, la Chambre (...) rejette la requête présentée par le procureur de maintenir M. Gbagbo et M. Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes) en détention et demande au greffe d’obtenir les assurances nécessaires auprès de MM. Gbagbo et Blé Goudé et de leurs conseils respectifs pour garantir le retour de M. Gbagbo et de M. Blé Goudé si et au moment où leur présence au siège de la Cour serait requise comme nous l’avons dit ce matin

Annonce du juge Cuno Tarfusser sur la décision sur le rejet de la demande de maintien en détention de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé
16-01-2019 - Par RFI

Cette remise en liberté était étudiée par la Cour depuis ce mercredi matin. Pour les procureurs, il existait des « raisons exceptionnelles » de s'opposer à la libération inconditionnelle de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Leurs craintes: qu'ils  refusent de se présenter devant la Cour en cas de procès en appel.

Que ce soit très clair : les juges, le procureur, les conseils de la défense, les représentants des victimes... tout le monde travaille pour que tout soit fait dans les meilleurs délais et sans aucun retard non justifié.

Fadi El Abdallah, porte-parole de la CPI
16-01-2019 - Par Pierre Firtion

Les arguments du procureur balayés un à un

Le procureur a tenté de convaincre les juges de ne pas libérer les deux acquittés, ou à défaut, d’assortir leur libération de conditions. Mais peine perdue. Après 4 heures de délibéré, les juges ont balayé un à un les arguments du procureur et ordonné la libération immédiate de l’ex-président et son ancien ministre, rapporte notre correspondante à La Haye, Stéphanie Maupas.

Avant de conclure ce procès ouvert il y a précisément trois ans, le président de la Chambre a indiqué au procureur que les formalités de sortie de prison étaient suffisamment longues pour lui permettre de faire appel de la libération, comme il en avait l’intention.

Le procureur fait appel de la décision de libération

Le bureau du procureur s'est réuni d’urgence pour préparer sa demande d’appel et de suspension de la libération. Mercredi soir, on apprend donc que le procureur a fait appel de cette décision de remise en liberté de l'ex-président et de l'ancien leader des Jeunes Patriotes et demandé à ce que cet appel soit suspensif.

La Chambre d’appel devrait maintenant se réunir assez rapidement pour dire si la libération ordonnée cet après-midi doit être ou non suspendue.

Pendant que le procureur préparait son appel, pour les acquittés, les préparatifs de départ de la prison ont commencé. Le Greffe de la Cour prépare depuis plusieurs jours cette sortie. Il faut notamment prévoir des documents de voyage. Laurent Gbagbo devrait rejoindre ses proches en Belgique. Quant à Charles Blé Goudé, l’un de ses avocats affirme qu’il n’a pas encore pris de décision sur sa prochaine destination.

→Lire: La Belgique accepte d'accueillir Laurent Gbagbo, selon le ministre Mamadou Touré

Vidéo de la CPI sur la décision de rejet du maintien en détention de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.