RCA: sous pression, les combattants du FPRC se retirent de la ville de Bakouma

Les FPRC ont quitté la ville minière de Bakouma qu'ils occupaient depuis la nuit du 30 au 31 décembre 2019
© RFI

Les combattants des FPRC, un groupe armé centrafricain issu des ex-Seleka, qui occupaient Bakouma depuis deux semaines, ont quitté la ville avec armes et bagages.

Les combattants du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) ont entamé leur retrait de Bakouma dans la nuit de mardi à mercredi. « Le dernier convoi a quitté la ville aux importants gisements d’uranium à 5h du matin », explique le porte-parole du groupe armé, Aboubakar Sidick Ali.

Puis les Forces armées centrafricaines (FACA) et les Casques bleus de la Monusco, qui ont leur base à une dizaine de kilomètres, ont fait leur entrée dans la ville plus tard dans la journée. « Aucun coup de feu n'a été tiré », selon les ex-Seleka et l'administration locale.

Le porte-parole du FPRC assure que c'est leur chef Noureddine Adam qui a ordonné ce retrait « pour répondre aux préoccupations de la communauté internationale et pour ne pas compromettre l'initiative de paix en cours ».

L'ONU et l'Union africaine avaient dénoncé fermement une attaque sur Bakouma organisée alors que deux de leurs plus hauts responsables étaient à ce moment précis en visite officielle dans le pays et qu'une date et un lieu – le 24 janvier à Khartoum – venaient enfin d'être fixés pour les débuts des négociations entre le gouvernement et les bandes armées.

L'organisation africaine a fait énormément pression « pour qu'on fasse un geste de bonne volonté, c'est fait ! », a concédé un responsable du FPRC.

La préfète de Mbomou, dont dépend administrativement Bakouma, s'est réjouie de ce retrait. « C'est une très bonne nouvelle pour ses habitants qui souffrent énormément aujourd'hui », explique Pierrette Bengere. Une allusion aux 12 000 habitants qui avaient fui la ville dès qu'elle était tombée aux mains des ex-Seleka.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.