RDC: réactions de l’UDPS et du FCC après les révélations sur les résultats

Compilation des résultats de l'élection présidentielle en RDC du 30 décembre par les agents de la Céni, à Kinshasa, le 4 janvier.
© REUTERS/Baz Ratner

En République démocratique du Congo, avec plusieurs autres médias internationaux, RFI a rendu publics les résultats d'une fuite de milliers de documents attribuée de la Commission électorale (Céni) et de la Conférence épiscopale (Cenco). Ces documents disent que Martin Fayulu aurait remporté l'élection présidentielle du 30 décembre, contrairement aux résultats provisoires de la Céni, qui donnent Félix Tshisekedi vainqueur. Des révélations balayées, dans le camp Kabila, par l’UDPS et le FCC.

Alors que la République démocratique du Congo vit la première alternance de son histoire à l’issue des scrutins du 30 décembre 2018, dont les résultats sont largement contestés, deux fuites exceptionnelles de documents viennent éclairer d’un nouveau jour le processus électoral. Ces milliers de pages analysées par un groupe de médias étrangers, le Financial Times, TV5 Monde et Radio France internationale (RFI), en collaboration avec le Groupe d’études sur le Congo (GEC), un institut de recherche de l’Université de New York, indiquent que le vainqueur n’est pas celui annoncé par la Commission électorale. Le premier document, une base de données attribuée à la Commission électorale congolaise, porte sur 87% de suffrages exprimés. Le second a été produit par la Conférence épiscopale et porte sur 42,92% des voix.

Du côté de l’UDPS, Thoto Mabiku, l'un des conseillers de Félix Tshisekedi, doute de la validité de ces données : « Quand on fait une analyse statistique, il faut mettre les "data sources" à la disposition d’autres personnes pour qu’ensemble, on conforte cette vérité. Si ce sont les data qu’ils ont réellement eu à la Céni, qu’ils les mettent à la disposition de tout le monde. L’analyse statistique consiste à des faits clairement prouvés scientifiquement qui sont d’abord la fiabilité des "data sources", ce qui n’est pas clair maintenant parce que vous dites que c’est attribué à la Céni. Jusque-là, vous ne faites que des affirmations. Vos différentes sources, dont vous faites allusion, personne n’a mis les données sur la place publique. A ce stade, ce n’est que de la spéculation. Parce que, comment nous allons confronter ces données avec la vérité ? »

« C’est un acharnement »

Autre réaction, celle de la coalition au pouvoir, le FCC. Pour Barnabé Kikaya Ben Karubi, le conseiller diplomatique de Joseph Kabila, ces documents n'ont aucune validité : « Ça ne nous gêne pas, ça ne nous gêne vraiment pas. D’autant plus que chaque jour, il y a un nouveau rebondissement. Demain, il y aura une autre base de données, après-demain également. Avant la publication des résultats, M. Fayulu était déjà proclamé président de la République par la même Cenco que vous êtes en train de citer, avant que l’on ne termine les avis de compilation. C’est un acharnement sur le processus électoral d’un pays post-conflit pour des raisons que nous ne comprenons pas. Nous, au Congo, nous essayons de nous reconstituer et de bâtir un pays démocratique en Afrique. Le président Kabila respecte sa Constitution, organise trois cycles électoraux, cède son fauteuil à un opposant. Qu’est-ce que l’on veut d’autre ? Nous attendons que la Cour constitutionnelle fasse son travail et nous dise de quoi il est question. Et le Congo va avancer. »

La Cour constitutionnelle a commencé, mardi 15 janvier 2019, à examiner les recours déposés par le camp de Martin Fayulu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.