Togo: lourde peine pour un jeune activiste accusé d'apologie de crime

Folly Satchivi a été condamné à trois ans de prison, dont deux ans ferme, en première instance.
© Getty Images/Stockbyte

Folly Satchivi, arrêté le 22 août dernier alors qu’il s’apprêtait à organiser une conférence de presse à Lomé, a été condamné à deux ans de prison ferme, mercredi.

Les choses sont allées très vite. En moins d’une minute, le dossier a été vidé. Sur les trois chefs d’accusation, Folly Satchivi n’est plus coupable de rébellion.

Le juge du tribunal de première instance « l’a déclaré coupable pour les deux autres délits, notamment le trouble aggravé à l’ordre public et puis l’apologie de crime et de délit, précise Me Célestin Agbogan. Et il a donc condamné M. Folly Stachivi à une peine de 36 mois, dont douze assortis de sursis. »

En matière pénale, lorsque celui qui poursuit n’apporte pas de preuve, conclut Me Célestin Agbogan, le prévenu doit être relaxé.

Le procureur a eu la main lourde et le juge l’a suivi alors qu’aucune preuve n’a été apportée contre le prévenu, s’indigne Me Raphaël Kpandé-Adjaré. « Aujourd’hui que le juge abandonne l’infraction première pour laquelle M. Folly Satchivi a été arrêté, il est clair de savoir et d’affirmer que ce garçon était en train d’être recherché depuis. »

Folly Satchivi, jeune étudiant en droit de 23 ans, intelligent et tribun pour les uns, manipulateur pour les autres, passera au moins 24 mois en prison si l’appel de ses avocats ne tranche pas en sa faveur.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.