Elections en RDC: le rapport intérimaire de la Cenco sur les résultats

Le rapport des évêques congolais remet en question les résultats provisoires donnés par la Céni (image d'illustration).
© REUTERS/Baz Ratner

Jusqu'à présent la Conférence épiscopale nationale congolaise s'était contentée de dire publiquement que les résultats du scrutin ne correspondaient pas à la vérité des urnes. Samedi, la Cenco doit transmettre un premier rapport détaillé de sa mission d'observation à la Commission électorale et aux diplomates. La quinzaine de pages que RFI a pu se procurer étayent cette déclaration : selon les évêques, Félix Tshisekedi n'est pas celui qui a remporté le plus grand nombre de votes.

La Conférence épiscopale nationale indépendante (Cenco) s'était jusque-là limitée à prendre acte des résultats de la présidentielle et à affirmer au lendemain du scrutin et devant le Conseil de sécurité que ces derniers ne correspondaient pas à la vérité des urnes. Désormais les évêques étayent leur propos.

Tableau à l'appui, circonscription par circonscription. Sur les 26 provinces, la Cenco fait état du comptage parallèle des voix qu'elle a effectué pour la présidentielle.

D'abord sur un échantillon de 10,72 % des bureaux de vote, puis sur 42,92 % des suffrages exprimés. Enfin, dernier niveau de vérification, les résultats sur 71,53 % des votes.

► Elections en RDC : où se trouve la vérité des urnes ?

A chaque fois, c'est le même candidat qui arrive en tête : Martin Fayulu loin devant sur chacun des comptages, avec 62% des voix sur l'échantillon le plus large, puis Félix Tshisekedi deuxième et Emannuel Ramazani Shadary troisème avec, sur ce même échantillon, respectivement 16,88% et 16,93% des voix. Un écart de voix très important sépare donc le premier du deuxième, trop important pour être rattrapable même en incluant les près de 29% de votants restants dont les voix n'ont pas été décomptées par la Cenco.

Une technique de comptage parallèle utilisée dans plusieurs pays

Comment la Conférence épiscopale a-t-elle pu compiler des résultats avec autant de précision ? Depuis 2015, elle affirme s'être dotée de techniciens spécialisés dans cette méthode de comptage des votes ; des experts qui ont à leur tour formé les près de 40 000 observateurs déployés.

Enfin, 7 886 observateurs ont été chargés de se concentrer uniquement sur le comptage des votes à la présidentielle dans leurs bureaux pour dégager cette première photographie du vote sur 10 % des bureaux. Des tendances confirmées ensuite avec les deux autres échantillons.

RDC : l'opposant Félix Tshisekedi proclamé vainqueur de la présidentielle

La Cenco rappelle que d'autres pays ont eu recours à cette technique de comptage parallèle des voix pour renforcer la crédibilité des résultats. Au Ghana en 2016, mais aussi au Nigeria ou encore en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso en 2015.

Le problème, c'est que dans le cas de la RDC, les résultats compilés par la Cenco ne correspondent pas du tout à ceux qui ont été annoncés par Commission électorale nationale indépendante (Céni). Une nouvelle fois, les évêques demandent donc à la Commission électorale de publier les PV bureau de vote par bureau de vote.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.