Madagascar: les défis qui attendent Andry Rajoelina

Pour gagner l’élection, Andry Rajoelina a beaucoup promis. Place maintenant à l’action (photo d'archives).
© REUTERS/Malin Palm

A Madagascar, les pleins pouvoirs sont désormais entre les mains d’Andry Rajoelina. Après la passation réalisée avec son prédécesseur ce vendredi 18 janvier et son investiture officielle ce samedi, le nouveau président a du pain sur la planche. Celui qui ambitionne de rattraper en un temps record le retard de développement accumulé depuis 1960, date de l’indépendance du pays, a promis de se mettre immédiatement au travail.

Treize « engagements », 161 « actions prioritaires » : pour gagner l’élection, Andry Rajoelina a beaucoup promis. Place maintenant à l’action.
Dans son programme baptisé « Initiative pour l’émergence de Madagascar », le nouveau président vise le développement économique et social du pays. L’objectif semble banal, mais le défi est de taille. En 2018, l’île se place en 161e position sur 189 pays selon l’indice de développement humain des Nations unies.

Par ailleurs, d’ici la fin de l’année, l’accord de prêt (FEC) signé en 2016 avec le FMI d’un montant de plus de 300 millions de dollars arrivera à échéance. La majorité des investissements en matière de santé ou d’éducation aujourd’hui sont réalisés via l’argent des bailleurs de fonds traditionnels. Durant sa campagne, le président a vanté les mérites des financements privés. Celui qui semble vouloir prendre ses distances avec les partenaires habituels arrivera-t-il à trouver les fonds nécessaires pour financer ses grands projets ?

Le défi environnemental

Enfin, autre enjeu, la préservation des ressources naturelles du pays, à commencer par sa forêt. Durant la Haute Autorité de transition dirigée par Andry Rajoelina, jamais l’environnement n’avait souffert à ce point des trafics. Une plateforme de protection de la nature – l’Alliance Voahary Gasy – vient interpeller le nouveau chef d’Etat et lui demander de « n’exploiter » « les ressources naturelles que pour les intérêts suprêmes des Malgaches ».

Nul doute que la société civile ou l’opposition sauront faire entendre leur voix en cas de manquement du nouveau président.

« Aller vite », le nouveau président l'a encore une fois répété samedi lors de ses discours. D'après son entourage, la nomination du nouveau Premier ministre devrait avoir lieu mercredi, et l’annonce de la composition d’un gouvernement, samedi prochain 26 janvier.


■ La question des droits de l’homme

Amnesty International demande au nouveau président de placer la question des droits de l'homme parmi ses priorités. Dans un communiqué publié le 19 janvier, l'ONG rappelle que les violations des droits humains sur la Grande île augmentent depuis plusieurs années.

Il y a des attaques contre les défenseurs des droits de l'homme...

Tamara Léger, conseillère sur Madagascar d'Amnesty International
19-01-2019 - Par Gaëlle Laleix

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.