Republier
Madagascar

Madagascar: «avertissement cyclone» dans le Grand Sud de l'île

Dans les rues inondées de Tulear, à Madagascar, le 23 février 2013 après le passage du cyclone Haruna.
© AFP PHOTO / ANDREEA CAMPEANU

Du 1er novembre au 31 avril, dans l’Océan indien, c’est la période cyclonique. Cette année, aucun cyclone n’est encore venu frapper les côtes malgaches, mais les systèmes dépressionnaires ont particulièrement redoublé ces deux dernières semaines sur l’île. Le week-end dernier a ainsi été meurtrier sur tout le territoire : disparitions en mer, inondations, taxis-brousse emportés par les eaux, éboulements. Et les prévisions réalisées par les services météo malgaches font craindre une dégradation pour ces prochains jours. Toutes les côtes de l’île ont d’ores et déjà été placées en « vigilance vents forts » mardi soir.

Dans la haute-ville d’Antananarivo, trois jours après le glissement de terrain qui selon le chef du corps de protection civile qui dirige l'ensemble des secouristes a coûté la vie à 12 personnes, les sauveteurs s’activent toujours pour retrouver les corps de 3 disparus. Depuis ce week-end, des pluies diluviennes se sont abattues sur l’ensemble du pays. En ce début de semaine, les villes côtières de Diego et Mahajunga ont été particulièrement touchées.

Une situation pourtant « normale » en cette saison de mousson, rappelle Rivo Randrianarison, chef prévisionniste à la direction générale de la météorologie : « Actuellement on est dans le pic de la saison estivale. Janvier, février, ce sont les mois où on atteint le maximum de pluviométrie sur l’ensemble du pays. »

A cette période, les zones côtières enregistrent au minimum 60mm de pluie par jour. Le prévisionniste admet que ces derniers jours, les moyennes ont été largement dépassées.

« Ce matin, j’ai eu les relevés, on était déjà à 140 mm sur la région du nord-est de Madagascar. Ça signifie montée des eaux, crues éclairs, et surtout glissements de terrain. Donc il faut vraiment être prudent face à ces risques-là. »

Mais c’est le Grand Sud de l’île qui retient toute l’attention désormais. Un « avertissement cyclone » a d’ailleurs été émis mardi.

« A partir de mercredi, ces activités orageuses qui génèrent le mauvais temps dans le nord vont sortir dans le canal du Mozambique. Une fois sur mer, toutes les conditions font qu’il devient beaucoup plus favorable au développement d’une nouvelle perturbation cyclonique qui pourrait en deuxième partie de la semaine, influencer le temps sur le grand sud du pays. »

D’ici les prochaines 24h, la situation devrait encore évoluer. Les prévisionnistes s’attendent à passer au niveau de menace et à potentiellement alerter la population du premier vrai risque de cyclone de la saison.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.