Côte d’Ivoire: les magistrats en colère

Vue du palais de justice d'Abidjan (photo d'archives).
© RFI / Matthieu Millecamps

En Côte d’Ivoire, le pouvoir judiciaire laisse exprimer ses inquiétudes. Les magistrats dénoncent des pressions et des intimidations, notamment de la part du pouvoir. La déclaration émane de l’Union nationale des magistrats de Côte d’Ivoire et l’Association syndicale de la magistrature, qui réclament le respect de l’indépendance de la justice en interpellant le chef de l’Etat.

« Une dégradation de leurs conditions morales et psychologiques dans le travail », « des violations récurrentes des textes » sans compter les « menaces et les immixtions dans l’exercice de leurs fonctions ». Les magistrats ne mâchent pas leurs mots pour décrire leur environnement de travail.

Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, l’Union nationale des magistrats de Côte d’Ivoire et l’Association syndicale de la magistrature déplorent des critiques de jugements rendus, des mutations soudaines considérées comme des sanctions pour avoir dit le droit. Et plus grave, des ingérences et menaces de la part de l’exécutif. La pression semble telle que la déclaration commune ne dévoile aucun nom de magistrats, par peur de représailles visiblement.

Ces dénonciations interviennent dans un climat politico-judiciaire très tendu. Des voix s’élèvent progressivement contre l’incarcération la semaine dernière du député Alain Lobognon. Elles protestent aussi contre l’insistance des représentants du parti au pouvoir dans le dossier Jacques Ehouo, le maire du Plateau inculpé pour détournement de fonds.

Les magistrats en appellent au président Alassane Ouattara, afin qu’il joue son rôle de garant de l’indépendance de la justice et s’assure de la séparation effective des pouvoirs.


■ Pour le ministre de la Justice, si des pressions existent il faut saisir les organes ad hoc

Lorsqu'un juge estime son indépendance menacée, il doit saisir le Conseil supérieur de la magistrature.
Sansan Kambilé, ministre ivoirien de la Justice
24-01-2019 - Par Pierre Pinto

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.