RCA: Le Drian confirme la présence de la Russie «antifrançaise» à Bangui

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (illustration).
© Eric FEFERBERG / AFP

La réunion de Khartoum entre le gouvernement et les rebelles a été évoquée mercredi par Jean-Yves Le Drian devant les sénateurs. Mais lors de cette audition, le ministre français des Affaires étrangères a surtout ciblé le rôle de la Russie en Centrafrique.

Face aux sénateurs de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, Jean-Yves Le Drian s’est félicité mercredi de la tenue de cette réunion entre gouvernement et groupes rebelles sans pour autant crier victoire. « Enfin, parce que cela fait très longtemps que l’on souhaite que cette rencontre ait lieu. Nous avons appelé toutes les parties à faire preuve d’esprit de consensus pour y arriver, mais la situation est quand même très confuse et le rôle de l’Union africaine dans cette affaire est tout à fait essentiel ».

Des mercenaires russes…

Cette rencontre se fait d’ailleurs sous l’égide de l’Union africaine même si la Russie a convoyé vers Khartoum certains chefs rebelles. La Russie dont l’action en Centrafrique est de plus en plus critiquée par Paris : en témoigne les propos tenus par le ministre français des Affaires étrangères sur le sujet. « Il y a une présence active de la Russie, récente, significative, antifrançaise -parce que je me suis rendu il y a peu de temps en République centrafricaine- anti-française dans les propos, dans les réseaux… »

Et pour Jean-Yves Le Drian, les Russes sont représentés sur place « en grande partie par la force Wagner. C’est-à-dire, ce n’est pas vraiment l’armée, c’est des supplétifs »

Wagner est une société militaire privée suspectée d’appartenir à un proche de Vladimir Poutine. Par ses propos, Jean-Yves Le Drian confirme ainsi la présence de mercenaires russes appartenant à cette société sur le sol centrafricain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.