Attaque de Nairobi: la police kényane remonte le fil du réseau terroriste

Le complexe hôtelier DusitD2 de Nairobi, théâtre d'une attaque terroriste le 15 janvier 2019, dans laquelle 21 personnes ont trouvé la mort.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Après l’attaque terroriste contre un complexe hôtelier de Nairobi du 15 janvier, l’enquête se poursuit et les autorités ne cessent d’élargir leurs recherches. Plusieurs suspects sont recherchés, d’autres ont été arrêtés, voire présentés à la justice. Pendant ce temps, le Kenya a renforcé ses mesures de sécurité.

L’Unité antiterroriste de la police remonte peu à peu le réseau qui gravitait autour des cinq terroristes qui ont attaqué le complexe hôtelier Dusit de Nairobi le 15 janvier dernier. De multiples pistes pointent sans surprise vers la Somalie.

Trois de leurs armes auraient appartenu au gouvernement somalien. En novembre, les experts de l’ONU avaient averti que les shebabs pouvaient accéder aux armes de certains soldats mal payés qui vendaient leur matériel au marché noir. A cela s’ajoutent les saisies opérées par les islamistes lors d’attaques contre l’armée somalienne.

La police épluche aussi les relevés téléphoniques et transactions bancaires des assaillants. Plusieurs personnes en contact régulier avec eux ont été arrêtées.

Quatre autres ont encore été présentées à la justice cette semaine pour voir leur détention prolongée le temps de l’enquête. Notamment un imam de Mandera, une ville frontalière victimes de nombreuses attaques shebabs, ainsi que la mère d’Ali Salim Gichunge, présenté comme le chef du commando.

Renforcement de la loi d'identification des personnes

Enfin, ce n’est peut-être pas un hasard si le président Kenyatta vient de signer des amendements sur la loi d’identification des personnes.

Le gouvernement sera désormais autorisé à collecter l’ADN ainsi que la géolocalisation des Kényans et individus vivant dans le pays. Auparavant, l’enregistrement se limitait aux empreintes digitales. Désormais, la voix, la géométrie de la main, des lobes d’oreille, de la rétine et de l’iris seront conservées.

→(Re)lire: Kenya: les ONG mettent en garde contre le renforcement des mesures de sécurité

 

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.