Republier
Cameroun

Cameroun: 117 arrestations suite aux manifestations de l’opposition

Douala, au Cameroun.
© Wikimedia CC BY 2.0/Christine Vaufrey

Au Cameroun, 117 personnes ont été interpellées lors des manifestations non autorisées de l'opposition qui se sont déroulées, samedi 26 janvier, dans plusieurs villes, selon les autorités camerounaises. A Douala, la répression a été particulièrement sévère, « disproportionnée », selon les opposants.

A Douala, le calme était revenu dans la capitale économique, dans la matinée de ce dimanche 27 janvier. Aucun déploiement particulier des forces de l'ordre n’a été signalé, selon plusieurs témoins. L'entrée de l'hôpital général est toujours gardée.

Samedi, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto comptait lancer sa campagne de mobilisation contre ce qu'il appelle « le hold-up » électoral d'octobre. Des manifestations, qui étaient interdites par les autorités, ont rassemblé quelques centaines de personnes dans plusieurs villes du pays mais à Douala, la repression a été sévère, « disproportionnée », selon les organisations de défense des droits de l'homme. 

Selon le gouvernement, six personnes ont été blessées, sans qu'on puisse determiner encore s'il s'agit de balles en caoutchouc ou de balles reelles. Le gouvernement a démenti en tout cas, tout usage de balles reelles. Par ailleurs, 117 personnes ont été interpellées avant d'être relachéespour la plupart.

Parmi les blessés, Célestin Djamen, un des responsables du MRC touché par balle, tout comme Maître Michèle Ndoki, l'avocate du mouvement. Michèle Ndoki ne faisait pas partie des manifestants mais elle a été blessée devant l'hôpital, alors qu'elle voulait rendre visite à Célestin Djamen. Elle a pu rentrer chez elle, samedi soir, d'après plusieurs sources.

Dans un communiqué, le bâtonnier de l'ordre des avocats dénonce « tout usage disproportionné de la force publique ». Selon Maître Charles Tchakouté Patié, trois avocats ont été interpellés, samedi, à Bafoussam et dans deux autres localités de l'Ouest. L'un d'eux a été libéré dans la matinée de ce dimanche. Les autres sont toujours en garde à vue, selon lui.

Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du REDHAC (Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale) s'inquiète d'une « repression qui va crescendo au Cameroun » selon elle.

C'est hors de question que dans une manifestation pacifique qu'il y ait l'utilisation d'une force disproportionnée alors qu'il n'y a pas risque de casse, qu'il n'y a pas de risque de trouble à l'ordre public...
Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du REDHAC
27-01-2019 - Par Carine Frenk

L’ambassade du Cameroun en France envahie

A Paris, samedi soir, une centaine de manifestants ont escaladé les grilles de l'ambassade du Cameroun et défoncé la porte. Ces manifestants - qui se filmaient en direct sur la plate-forme Facebook Live - ont notamment saccagé des portraits du chef de l'Etat camerounais, Paul Biya, « de l'ancien chef de l'Etat », précisait un des manifestants, joint par RFI, dans la matinée de ce dimanche. Cette opération coup de poing vise, selon lui, à dénoncer le « hold-up d'octobre et la sale guerre dans les régions anglophones », selon l'expression de cet activiste de la diaspora.

Les manifestants sont restés plus de trois heures sur place, avant d'être délogés, dans le calme, par les forces de l'ordre.

A Yaoundé, René Sadi, porte-parole du gouvernement, a condamné « des manœuvres inadmissibles dont le but est la déstabilisation du Cameroun ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.