Republier
Centrafrique

RCA: manifestation pour la levée de l’embargo sur les armes

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, ce lundi 28 janvier, à Bangui, pour demander la levée de l’embargo sur les armes.
© Gaël Grilhot / RFI

En République centrafricaine (RCA), un grand rassemblement a eu lieu, ce lundi 28 janvier, à Bangui, pour demander la levée de l’embargo sur les armes qui pèse sur le pays, depuis 2013. Cet embargo arrive à son terme jeudi 31 janvier et le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies va de nouveau se prononcer à ce sujet. Alors que des pourparlers entre le gouvernement et les groupes armés ont lieu à Khartoum pour tenter de trouver une sortie de crise, des manifestants, dans la capitale de la RCA, réclament des forces de l’ordre fortes et armées. Les marches sont parties des différents quartiers de Bangui et un seul slogan: « la levée totale de l’embargo sans condition ».

En tête de cortège, drapeau centrafricain en main, un étudiant marche avec conviction.

« On en a marre. Aujourd’hui, nous sommes là parce que beaucoup de gens sont morts. Il y a beaucoup de souffrances. Beaucoup de gens sont morts comme des bêtes. On veut que notre armée soit armée. Ce sont nos soldats qui connaissent bien le pays et qui peuvent nous défendre, comme il faut. Parce qu’ils sont nés dans ce pays, ce sont eux qui connaissent bien le pays. Trop c’est trop », s'insurge-t-il.

Plusieurs milliers de personnes se sont ainsi rassemblées au rond-point des Martyrs. Le Premier ministre, Simplice Sarandji, a récupéré les créances des manifestants et a affirmé son soutien.

« Le gouvernement respecte les principes de l’embargo, alors que les groupes armés, au jour le jour, reçoivent des armes ! La communauté internationale est-elle complice des viols, des assassinats, des tueries qui se pratiquent dans notre pays ? Je ne crois pas mais voilà, aujourd’hui, les Centrafricains réclament les armes pour leurs forces de défense et de sécurité », a-t-il déclaré.

L’embargo a déjà été levé partiellement à deux reprises pour des livraisons d’armes effectuées par la Russie et par la France.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.