Tchad: un nouveau site de la civilisation sao découvert par les archéologues?

Des urnes funéraires, des jarres et des ossements humains ont été découverts lors de travaux sur le site de la basilique de Gassi à Ndjamena, le 16 janvier 2019.
© RFI / Aurélie Bazzara

Au Tchad, des archéologues ont mis au jour ce qui serait l'un des sites des Sao, un ancien peuple d'Afrique disparu. Située sur le lieu de construction de la nouvelle basilique de Ndjamena, cette découverte s'ajouterait, si cela se confirme, à près de 700 autres sites saos déjà répertoriés dans tout le pays. Elle pourrait avoir près de 1 500 ans. Elle contiendrait également de précieux indices sur le mode de vie des Saos.

Une partie de l'histoire des Saos se trouve peut-être sous les pieds des habitants de Gassi, un quartier de la capitale tchadienne. Les archéologues ont authentifié des bijoux, des urnes funéraires et des ossements humains, enfouis à près de trois mètres de profondeur.

« Dans cette fosse-là, nous avons un crâne. Au fond, on a le fond d'une jarre. On voit plein de morceaux de céramique, en fait. En dehors de ça, on a des couches ou des gros morceaux de charbon, qui peuvent nous aider à faire des datations », explique Djimet Guemona, doctorant en archéologie à l'université de Toulouse.

Des ossements ont été prélevés pour pouvoir dater cette découverte. Mais pour Clisson Nangkara, archéologue tchadien présent sur le site, c'est à coup sûr un ancien lieu d'habitation sao.

« La principale caractéristique des sites saos, c'est que sur chaque butte sao, on trouve des milliers et des milliers de tessons de poterie, nous confie-t-il. La deuxième caractéristique, ce sont les urnes funéraires. Dans cette zone, généralement quand on trouve de telles sépultures, on (les) attribue aux Saos. »

Prochaine étape pour les archéologues : obtenir la suspension des travaux de la basilique pour réaliser une étude approfondie du site.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.