Madagascar: les défenseurs de la nature interpellent le nouveau chef de l'Etat

Paysages calcinés en plein pays zafimaniry, au centre de l'île. Ici, le «tavy», la culture sur brûlis, y est pratiquée de manière systématique, au détriment des plaines et des forêts.
© Photo: Sarah Tétaud / RFI

A Madagascar, les ONG de protection de la nature tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Depuis son Indépendance en 1960, la Grande Île a perdu presque la moitié de ses forêts. Et les choses ont empiré à partir des années 2010 où près de 10% de leur superficie ont disparu. Dans sa dernière étude, Global Forest Watch annonce qu’un pic sans précédent a été atteint en 2017. Cependant, le nouveau président de la République compte bien s’atteler à ce problème environnemental. C’est en tout cas ce qui est inscrit dans son plan d’action présenté durant sa campagne. Comment les défenseurs de la nature appréhendent-ils les propositions faites par le chef de l’Etat ?

2017 est une année funeste pour les forêts malgaches. A cause de la culture sur brûlis, du charbonnage et de la coupe illicite de bois précieux, c’est presque trois fois la superficie de l’île Maurice en arbres qui a disparu de la Grande Île.

Disparition de la forêt primaire « en cinq ans »

Ndranto Razakamanarina, est le président de l’Alliance Voahary Gasy, une organisation pour la préservation de l’environnement, fait un constat sans appel :  « En 2017, le feu a ravagé Madagascar. Et la première victime, ça a été ses forêts primaires. On a été le champion du monde de déforestation (en termes de superficie relative, NDLR). On a perdu 3,8% de nos forêts. En matière de superficie réelle, on est devenu le quatrième pays qui a été le plus déforesté dans le monde, après le Brésil, l’Indonésie et la République démocratique du Congo. Et maintenant qu’Andry Rajoelina est président de la République, nous on le supplie d’agir de manière appropriée, parce que s’il agit de la même manière que durant la transition, la forêt primaire risque de disparaître en l’espace de cinq ans. »

A ce sujet, le Président a montré des signes encourageants. Son Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), sorte de feuille de route de 490 actions, aborde la question de l’environnement, et particulièrement celle de la déforestation. « Ce qui est positif dans son programme environnemental, continue Ndranto Razakamanarina, c’est qu’il prévoit de nous consulter, nous, société civile et ONG. Ce que son prédécesseur n’a jamais fait. En revanche, on note aussi des aspects négatifs. Il parle de reboisement à partir de semis aériens réalisés par des drones. Jusqu’à preuve du contraire, rien n’a prouvé que cela fonctionne. Quand on fait du reboisement, il faut creuser des trous de 40 cm sur 40 cm avant de planter, et faire un minimum d’entretien après avoir planté. »

Un inventaire national, pour quoi faire ?

L’IEM prévoit aussi de réaliser un inventaire national des ressources forestières. Pour le président de l’Alliance Voahary Gasy, « la grande question c’est : dans quel but on va faire cet inventaire ? Est-ce pour vendre nos forêts ou pour les préserver et ce de manière durable ? ». Autre point que soulèvent Ndranto Razakamanarina et ses confrères, c’est « avec quels moyens ? ».

Jusqu’à présent, moins de 1% du budget national était octroyé à l’environnement. « Les programmes forestiers ont toujours été subventionnés ou financés par des bailleurs de fonds. La culture de l’appropriation nationale de ces projets n’existe pas encore chez nous », déplore encore le président de la plateforme. Andry Rajoelina va-t-il modifier cela ? Si oui, les ONG promettent de le soutenir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.