Mauritanie: un accord de coopération avec Riyad fait grincer des dents

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, aux côtés du président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, à Nouakchott, le 2 décembre 2018.
© Saudi Royal Palace / AFP

En Mauritanie, un projet de loi a été voté ce lundi par le Parlement et autorise un accord de coopération entre la Mauritanie et l’Arabie saoudite en matière de lutte contre le terrorisme, le crime organisé, le trafic d'armes et d'êtres humains. L’opposition mauritanienne crie au scandale. Selon, elle, le royaume wahhabite n’est pas un bon partenaire en matière du respect des droits de l’homme.

L’accord dénoncé par l’opposition porte sur la lutte contre le terrorisme, le crime organisé, le trafic d'armes et d'êtres humains ainsi que le blanchiment d’argent. Les parlementaires ont notamment pointé les nombreuses violations des droits de l’homme en Arabie saoudite qui touchent les Mauritaniens et les Saoudiens.

« L’Arabie saoudite des journalistes m’a surpris. Mais aussi l’Arabie saoudite des Mauritaniennes retenues en esclave, séquestrées, maltraitées et parfois même violées, rapatriées sans sous », explique Coumba Kane, députée du parti nationaliste arabe Sawab.

Réplique du ministre mauritanien de l’Intérieur et de la décentralisation, Ahmedou Ould Abdallah : « Cette convention s’occupe des réalités de notre pays, elle peut être dénoncée à tout moment par l’une ou l’autre des deux parties en cas d’entorse à la souveraineté nationale ».

Nouakchott est un allié inconditionnel de l’Arabie saoudite. C’est un partenariat à coup de centaines de millions de dollars. La Mauritanie soutient diplomatiquement Riyad dans sa guerre au Yémen et elle a rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar l’année dernière. C’est la principale raison de la visite effectuée le 2 décembre 2018 à Nouakchott par le prince héritier, Mohammed ben Salman.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.