Republier
RCA

RCA: à Khartoum, les revendications des groupes armés provoquent un blocage

Le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, le commissaire de l'UA pour la paix et la sécurité et le chef de la diplomatie soudanaise lors de la session d'ouverture des négociations à Khartoum le 24 janvier 2019.
© ASHRAF SHAZLY / AFP

Dernière ligne droite dans les négociations entre gouvernement et bandes armés qui ont débuté jeudi dernier à Khartoum. Après la distribution par la facilitation d'une première mouture du projet d'accord de paix que les deux parties devraient adopter samedi selon leur agenda, les pourparlers de paix sont au point mort depuis deux jours. En cause, les revendications des groupes armés, lesquels tournent autour de deux axes : une amnistie générale et un partage du pouvoir. Mais la facilitation menée par l'Union africaine et l'ONU espère rebondir aujourd'hui.

La facilitation a décidé de suspendre hier après-midi les négociations directes entre les deux parties, après deux jours de face-à-face tendu. Elles butent sur la question d'une « amnistie générale » que réclament les groupes armés. Un « préalable » à tout accord de paix selon leurs représentants, mais dont le gouvernement centrafricain ne veut pas entendre parler.

Mais tout n'est pas perdu. Les deux parties devraient se retrouver aujourd'hui à partir de 9h heure autour d'une nouvelle proposition sur laquelle l'équipe de la facilitation a planché jusqu'à hier soir, selon nos sources.

Les quatorze groupes armés qui parlent presque tous d'une seule voix désormais s'en tiennent pour le moment à leurs contre-propositions. C'est un document qui contient « des points fondamentaux et vitaux » de leurs revendications qui ne figurent pas dans la première mouture du « projet d'accord de paix et de réconciliation » qui leur a été transmis il y a quelques jours.

Outre la question de l'amnistie générale, les groupes armés exigent la mise en place d'un gouvernement de sortie de crise dont ils feraient partie, et qui serait dirigé par un « Premier ministre aux pouvoirs élargis » sorti de leurs rangs.

Enfin, ces groupes qui contrôlent près de 80% du territoire centrafricain veulent être transformés provisoirement en détachement d'autodéfense avant l'intégration de leurs éléments qualifiés dans les corps de défense et de sécurité.

« Ca sera très dur d'arriver à un accord définitif dans les trois jours qui restent avant la fin de ces négociations », estime un membre de la facilitation, même s'il se veut optimiste.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.