Republier
RDC

RDC: la grogne se propage dans les entreprises publiques

Un bus public Transco à Kinshasa.
© Eduardo Soteras / AFP

Comme une trainée de poudre, les remous sociaux se propagent à travers les entreprises publiques depuis le changement intervenu à la tête du pays : grèves, manifestations, remise en cause des dirigeants... Premiers à ouvrir le bal, les travailleurs de Transco, société des transports en commun.

Après avoir décrété une grève qui a paralysé les transports dans la capitale, les travailleurs de Transco ont obtenu la suspension de leur directeur général. Celui-ci est accusé de détournement de fonds et d'avoir privé le personnel des salaires pendant plusieurs mois.

D'autres mémos de même nature sont au fur et à mesure adressés à la présidence de la République. Ils proviennent d'autres entreprises publiques, avec quasiment les mêmes revendications. Le personnel de la Société commerciale de transport et des ports (ex-Onatra) a manifesté hier jeudi devant la direction générale de l'entreprise.

Des manifestations également depuis le début de cette semaine devant la façade principale de l'Hôtel des Postes, sur le boulevard du 30-Juin, où les travailleurs de la Société commerciale des Postes et des Télécommunication se réunissent chaque jour autour d'un cercueil. Les mêmes dénonciations sont entendues à la Société nationale d'assurance (Sonas).

Sauf qu'ici le personnel semble divisé sur les accusations portées contre la direction générale. Et dans l'opinion on ne se doute pas des complicités entre des membres de l'ancien pouvoir et des responsables des entreprises publiques, tous ou presque recrutés dans l'ancienne majorité présidentielle. Le comportement, souvent arrogant et quelque fois inhumain, de ces responsables, explique certainement cette effervescence dans les entreprises publiques.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.